Andenne 5300

Après des années de surpêche, le thon rouge sort enfin la tête de l’eau

C’était l’un des animaux-symboles de la menace de la surpêche pour la biodiversité, mais bonne nouvelle : le thon rouge va mieux. Les deux espèces menacées, le thon rouge du Nord et celui du Sud ont retrouvé une partie de leur population, selon la Commission internationale pour la conservation des thonidés.

Le thon rouge du Nord, dans l’Atlantique, se situe désormais à des "niveaux sains". Une notion à relativiser, puisque les stocks sont encore loin d’un retour aux niveaux historiques d’avant les années 1970. A cette époque, le boom de la cuisine japonaise, et notamment les sushis dans lesquels le thon rouge est très prisé, avait accéléré la surpêche de l’espèce. En 1976, près de 30.000 thons étaient capturés en Atlantique et en Méditerrannée.


►►► À lire aussi : Biodiversité : les populations de poissons d’eau douce migrateurs ont diminué de 75%


Les politiques de régulation de la pêche ont donc porté leurs fruits. "Il y a une reconnaissance que le stock va mieux", explique Jean-Marc Fromentin, chercheur à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) au journal Le Parisien. De quoi imaginer un assouplissement des quotas, qui sont pour le moment de 36.000 captures par an dans le monde ?

En tout cas, certaines associations s’inquiètent déjà, comme le WWF, qui en janvier dernier avait critiqué un projet de labélisation pour une pêcherie "durable" en Atlantique Nord. L’organisation MSC avait certifié la pêcherie japonaise Usufuku Honten, qui détient 0,2% des quotas de pêche de thons rouges.

"Aucune pêcherie de thon rouge ne devrait être approuvée par un label durable", avait déclaré Giuseppe Di Carlo, directeur de l’Initiative marine méditerranéenne du WWF dans un communiqué. "Cette certification est l’illustration alarmante du fait que le MSC est devenu un label répondant plus à la demande du secteur de la pêche qu’à des preuves scientifiques de durabilité", avait-il ajouté, évoquant une "tendance dangereuse, susceptible de menacer le rétablissement complet du thon rouge et les perspectives de restauration de l’état des océans d’ici à 2030".

Les populations de thon rouge sont en train de se reconstituer grâce à des efforts internationaux de préservation et à des mesures en matière de gestion de la pêche.

P.V. avec Agences

Retrouvez l'article original sur RTBF