Jemeppe-sur-Sambre 5190

Clé Verte : un label pour un tourisme durable

La Clé Verte (Green Key) est un écolabel apparu au Danemark, en 1994.

Un quart de siècle plus tard, il consacre 2700 lieux d'accueil à travers 56 pays différents. Les détenteurs de ce label sont des gîtes, maisons d'hôtes, hôtels, centres de conférences, attractions... qui ont pris un engagement et des initiatives en matière de durabilité. La liste des critères à remplir pour son obtention est vaste. Cela va de la limitation des consommations d'électricité et d'eau, à l'utilisation de produits d'entretien respectueux de l'environnement, en passant par la promotion de la consommation locale et de la mobilité douce ou encore de la diminution et du tri des déchets... Le tout sans que le confort des hôtes ne soit affecté.

69 établissements en Wallonie

Dans leur gîte à Estinnes, Pascal et Katty ont mis en oeuvre ce qu'il fallait pour obtenir le label. Ils font partie des 20 nouveaux établissements labellisés chez nous cette année. Ils avaient déjà fait beaucoup de choses lors de la construction du logement. Il n'a pas fallu de grands aménagements pour décrocher leur "Clé Verte", comme l'explique Pascal : "On a fait quelques petites modifications comme la robinetterie avec les écoulements de débits limités, sinon ont était presque déjà bon". L'isolation, le double vitrage, les panneaux photovoltaïques avaient été prévus dès les travaux. 

Outre les aspects visant à réduire l'empreinte écologique du bâtiment, les détenteurs de la "Clé Verte" s'engagent également à informer leurs clients et à les sensibiliser. Ce qui n'est pas toujours une sinécure. "On les informe que c'est un gîte vert, qu'ils doivent entre autre par exemple trier les déchets, etc. Réticents, je ne sais pas s'ils sont réticents, mais certains parfois un peu... fainéants sur le triage! (rire)".

Grâce à leur "Clé Verte", le couple d'Estinnes espère attirer une clientèle diverse : "Je pense que ça peut amener une certaine clientèle qui serait à la recherche un gîte plus respectueux environnementalement, complète la panoplie des hôtes"

Une demande croissante

De plus en plus de candidats aux vacances sont sensibles aux aspects durables de leurs séjours, comme l'explique René Collin, ministre wallon du Tourisme : "On constate de plus en plus, effectivement, que les gens qui choisissent un projet de loisirs ou de vacances sont sensibles à retrouver, là où ils vont aller, des démarches de durabilité. Si chez eux par exemple, ils appliquent déjà un strict tri des déchets, légitimement, ils attendent la même démarche dans l'hôtel ou la chambre d'hôtes où ils vont aller".  

"Plusieurs études au niveau européen et même plus largement ont permis de constater que qu'une proportion de 70% des touristes s'intéressent à la problématique de la durabilité, qui ont cette préoccupation et qui choisirait un voyage plus durable", complète Marie Spaey, coordinatrice de la labellisation "Clé Verte" au sein d'Inter-Environnement Wallonie.

Contrôle de qualité

Le label n'est pas acquis définitivement. Au cours des trois premières années qui suivent l'obtention de la "Clé Verte", les détenteurs recevront la visite d'inspecteurs indépendants qui s'assureront qu'il n'y a pas de "baisse de régime" dans les efforts consentis. Ils pourront également bénéficier de conseils pour améliorer encore la durabilité de leurs installations. Après ces trois premières années, la périodicité des contrôles sera de trois ans. Mais tous les ans, ils devront remettre leurs relevés de consommation. "Ils doivent aussi fournir des preuves pour démontrer qu'ils restent dans la démarche, poursuit Marie Spaey. Et ils doivent évoluer d'année en année et ils doivent s'améliorer. Ils doivent vraiment continuer à être actifs".

La liste des détenteurs du label "Clé Verte" est consultable sur le site www.cleverte.be

Nicolas Rondelez

Retrouvez l'article original sur RTBF