Profondeville 5170

Barwal : l’entreprise qui fabrique des barriques en chêne de bois wallon

Deux entrepreneurs liégeois se sont lancé un défi un peu fou. Celui de fabriquer des tonneaux en chêne, issus de nos forêts wallonnes. L’objectif ? Promouvoir le circuit court et le terroir belge en proposant des barriques “made in Belgium.

Le projet Barwal pour "BARrels for Wine and ALl liquids" a vu le jour grâce à Hugues De Pra et Didier Mattivi. Avec leur projet, ces deux “serial entrepreneurs veulent promouvoir le bois belge en le transformant en barriques, destinées à l’élevage du vin. Un défi que les deux amis comptent relever à l’aide de plusieurs partenaires.

Monter un tonneau de bois requiert du temps et de l’argent. Dans un premier temps, il faut choisir et acheter l’arbre sans en connaître les qualités, avant qu’il ne soit coupé. La plupart du temps, les variétés utilisées sont le chêne sessile, et/ou le chêne pédonculé. Pour être choisis, les arbres doivent répondre à certaines conditions. Une fois les arbres minutieusement choisis par Geoffroy Hontoir, ils sont envoyés par camion à la scierie Hontoir de Faux-les-Tombes et sont ensuite coupés en rondins de bois, appelés grumes.

On cherche la crème de la crème des arbres

En Belgique, il n’existe à l’heure actuelle, aucune tonnellerie. Pour poursuivre la fabrication du tonneau, les deux entrepreneurs ont donc dû faire appel à la Tonnellerie de Champagne”, située au nord de Reims. Jérôme Viard, responsable de la tonnellerie de Champagne, vient ainsi sélectionner les bois dont il aura besoin pour poursuivre la

Une fois le bois sélectionné à la scierie, le tonnelier rentre en France et fait couper les rondins de bois en fines lamelles. Ces fines lamelles de bois, qu’on appelle merrains doivent sécher à l’air libre durant 3 ans. Après séchage, les merrains sont sciés à la longueur du tonneau. Puis, par l’opération de dolage, le merrain devient douelle. Cette opération consiste à donner à la planche de bois la forme extérieure du tonneau. Une fois terminées, les douelles seront assemblées à l’aide d’un cerclage pour former le tonneau.

Ensuite, lorsque les tonneaux en bois de chêne sont assemblés et terminés, Jérôme Viard vient en Belgique livrer les barriques aux commerçants qui en ont commandés. Mais pour l'instant, la production de tonneaux en bois belge reste limitée. Les deux entrepreneurs souhaitent rester en harmonie avec la nature. L'objectif étant de mettre en avant le terroir wallon et de privilégier le circuit court.

Les deux entrepreneurs rêvent de pouvoir ouvrir leur propre tonnellerie d’ici 2026. "L’idée est de pouvoir faire revenir le savoir-faire en Belgique puisqu’il était présent auparavant. Et donc on aimerait pouvoir faire absolument tout en Belgique. Pouvoir transformer les chênes en douelles et les assembler ici pour pouvoir en faire bénéficier les vignerons et autres. Donc d’ici 5 ans, nous aimerions ouvrir une tonnellerie 100/100 belge" explique Hugues De Pra, un des fondateurs de l’entreprise Barwal. Il faudra toutefois produire une centaine de barriques par an pour envisager sa création. Mais l’univers du vin n’est pas le seul susceptible d’être intéressé par l’achat de ces barriques de chêne wallon. L’entreprise Barwal ouvre son intérêt à d’autre(s) clientèle(s) comme les brasseries, les distilleries, et autres cidreries.

Daphné Fanon

Retrouvez l'article original sur RTBF