La Bruyère 5080

Une piscine pour trois communes ? Eghezée, La Bruyère et Fernelmont y songent

Un bassin de natation de 25 mètres de long à Eghezée ? Le projet destiné à permettre l’accès à un bassin de natation aux habitants d’Eghezée, Fernelmont et La Bruyère est à l’étude depuis 2019. Une étude de faisabilité de faisabilité a été commandée au BEP, qui vient de rendre ses conclusions.

Depuis 2018 et la fermeture du bassin de natation de Gembloux, mais aussi des travaux dans plusieurs piscines des alentours, les élèves et la population de communes d’Eghezée, Fernelmont et La Bruyère se retrouvent sans possibilité de nager à proximité. Pour résoudre ce problème, les bourgmestres des 3 communes avaient demandé en 2019 au BEP, le Bureau Economique de la Province (l’intercommunale de développement économique de la province de Namur), d’étudier la possibilité de construire un bassin de natation intercommunal. Et la fermeture de la piscine de Salzinnes, à Namur, a rendu ce besoin d’autant plus urgent pour les 40.000 habitants des trois communes. Le BEP a rendu ses conclusions et privilégie la piste d’une piscine de 25 mètres qui serait construite à Eghezée, et dont les coûts et l’utilisation seraient partagés entre communes. Un choix logique d’après Rudy Delhaise, le bourgmestre d’Eghezée : "Nos communes sont très semblables. Ce sont des communes rurales, avec des écoles de village, et des soucis de mobilité. L’étude de faisabilité du BEP recommande d’implanter la piscine intercommunale dans le centre d’Eghezée, ce qui serait le plus simple en termes de mobilité, Eghezée se trouvant sur des axes importants, et entre les communes de La Bruyère et Fernelmont".

Les communes voisines sont donc parties prenantes du projet, malgré quelques contraintes soulignées par Yves Depas, bourgmestre de La Bruyère : "Nous n’avons jamais été demandeurs pour avoir une piscine sur notre territoire, mais nous sommes intéressés par une piscine publique partagée, notamment pour les élèves de nos écoles primaires. Mais nous attendons que les communes reviennent vers nous avec des propositions concrètes, par exemple en termes de mobilité : il n’y a pas de lien direct vers Eghezée par exemple. Il faut voir où la piscine se construirait, parce qu’on ne peut pas se permettre de traverser tous les villages avec notre car communal, et mettre trois quarts d’heure pour arriver sur place. Il y a aussi l’aspect financier, et les coûts de fonctionnement".


►►►A lire aussi : Le plan piscines wallon n’a pas permis d’augmenter la surface disponible ; un 2e plan est annoncé


Dans ses conclusions, le BEP prévoit une piscine de 25 mètres de long et 6 couloirs, ainsi qu’un petit bassin de 15 mètres sur 15. Des infrastructures qui ont coût : 10 millions d’euros (hors TVA) pour la construction et des frais de fonctionnement évalués à 300.000 euros par an. Des frais qui seraient répartis en fonction du nombre d’habitants par commune, mais aussi de l’implantation de la piscine, comme le précise Rudy Delhaise : "Eghezée a une population qui équivaut au total des deux autres communes, il serait donc légitime que nous prenions plus de budget à notre charge si les infrastructures sont construites sur notre territoire".

Si le principe d’une piscine intercommunale semble acquis, de nombreuses questions restent sans réponse, comme le souligne Yves Depas : "Nous allons devoir intervenir financièrement pour la construction d’une piscine qui n’est pas sur notre territoire. Pour quel montant au-delà des subsides ? Pour la gestion, va-t-il y avoir une régie autonome ou une intercommunale ? Qui va prendre les décisions au niveau de son fonctionnement ? Comment va-t-on répartir les coûts de fonctionnement ? Sachant que cette piscine, au-delà des écoles, servira plutôt pour les loisirs des citoyens d’Eghezée". Le projet répond manifestement à un besoin des trois communes, et les réponses aux nombreuses questions subsistantes seront peut-être apportées par le BEP, d’après Rudy Delhaise : "Le BEP va nous aider dans la poursuite de l’étude, surtout par rapport au meilleur mode de gestion à choisir, et aux modes de financement à adopter, avec, pourquoi pas, un appel au privé". Aucune échéance n’a encore été fixée quant à l’aboutissement du projet.


►►►A lire aussi : Gembloux : un tout nouveau centre aquatique pour 2024


 

Sur le même sujet...

JT du 28/11/2020

Geoffroy Libert

Retrouvez l'article original sur RTBF