Namur 5000

Vaudeville à Namur, les élus DéFI se déchirent, leur chef de file Pierre-Yves Dupuis est exclu

Mais que se passe-t-il donc chez DéFI à Namur? Le parti d’Olivier Maingain a obtenu quatre sièges au conseil communal lors des élections du 14 octobre.

Mais depuis des semaines, les élus se déchirent. Et les querelles s’étalent sur la place publique dans un surprenant capharnaüm.

Le dernier événement en date remonte à ce jeudi: l’exclusion de Pierre-Yves Dupuis du groupe DéFI dont il était le chef de file. L'intéressé se voit reprocher d'avoir révélé dans la presse des informations sur les relations entre deux autres conseillers communaux DéFI, Françoise Kinet et Bernard Ducoffre.

Trop, c’est trop. "Chacun sait que le monde politique est loin d’être un monde de bisounours, mais il y a certainement un sujet à ne pas aborder, la vie privée des élus", voilà ce qu’on peut lire dans le communiqué vengeur du groupe DéFI qui annonce l’exclusion de Pierre-Yves Dupuis. 

Une exclusion inattendue

Cette annonce a surpris tout le monde. En réalité, on s’attendait à une exclusion, mais pas à celle-là. Depuis des semaines, Pierre-Yves Dupuis et Françoise Kinet se disputent par médias interposés. Et DéFI a pris le parti du conseiller communal aujourd'hui banni. Olivier Maingain a lui-même confirmé la rupture avec Françoise Kinet, considérée comme ingérable.

Mais cette rupture n’a pas encore été consommée, car parmi les élus namurois, tout le monde n’est pas d’accord avec cette exclusion. Du coup, lundi dernier, lors de l’installation du nouveau conseil, Françoise Kinet a prêté serment comme conseillère communale DéFI. 

Vous suivez toujours? En résumé, on a donc aujourd'hui un conseiller DéFI soutenu par son président mais viré par son groupe. Et une conseillère dont le parti ne veut plus, mais que son groupe rechigne à renvoyer. C’est un vaudeville, ou mieux (ou pire, selon le point de vue), "Dallas, ton univers impitoyable". Pas sûr que ce soit vraiment l’image du renouveau que DéFI veut incarner.
 

Hugues Van Peel

Retrouvez l'article original sur RTBF