Namur 5000

Près de la moitié des vélos vendus en Belgique en 2017 étaient électriques

Les Belges se sont-ils convertis au vélo électrique ? Sur 485 000 vélos vendus chez nous l'année passée, 218 000 vélos sont dotés d'assistance électrique. C'est presque la moitié du marché. Ce dynamisme profite à l'ensemble du marché belge du...

Les Belges se sont-ils convertis au vélo électrique ? Sur 485 000 vélos vendus chez nous l'année passée, 218 000 vélos sont dotés d'assistance électrique. C'est presque la moitié du marché. Ce dynamisme profite à l'ensemble du marché belge du vélo, dont les ventes ont augmenté de 2% en 2017.

Scooter et vélo électrique

En comparaison, le marché des scooters est lui, un peu à la peine. Mais vélos électriques et scooters concernent deux segments de marché différents, selon Sébastien Imberechts, vendeur de motos, de scooter et de vélos électriques à Chaumont-Gistoux.

Pour le vélo électrique, "on aura plus des utilisateurs proches de leur travail," explique Sébastien Emberechts. "Mais, évidemment, si on a des distances un peu plus longues à effectuer, les gens vont d'office opter vers un scooter, moteur thermique", ajoute-t-il.

Pour les trajets plus longs, le scooter est plus rapide. Il offre aussi une plus grande autonomie : 120 à 200 kilomètres selon le modèle. En comparaison, l'autonomie d'un vélo avec assistance électrique va de 50 à 100 kilomètres.

Si concurrence il y a, ce serait plutôt entre le vélo électrique et la voiture. C'est en tout cas la conviction d'Adrien Roose, un des cofondateurs de la start-up belge Cowboy, qui présente ce jeudi un nouveau vélo électrique.

"Personnellement, je pense que le principal concurrent, c'est la voiture. Le scooter, on ne le voit pas vraiment comme un concurrent, déjà de manière culturelle, en fait le scooter ne fonctionne très bien que dans quelques villes européennes comme Paris et Barcelone", explique Adrien Roose.

Les vélos électrique, pour les 'vieux' ?

Pour Adrien Roose, la priorité est développer le marché du vélo avec assistance électrique auprès des jeunes, qui sont encore assez peu nombreux à se convertir. Un problème d'image? En partie. Le fait est que 90% des acheteurs de vélos avec assistance électrique ont plus de 50 ans. Ces vélos ont encore une image très connotée genre 'pour les vieux'.

Tout l'enjeu est de faire en sorte que les clients potentiels ne considèrent plus le vélo seulement comme un loisir, mais plutôt comme une alternative réelle aux autres moyens de transport. Et singulièrement la voiture.

 

RTBF La Première

Retrouvez l'article original sur RTBF