Namur 5000

Nous avons visité le pavillon de Milan... à Namur

Ca y est, le pavillon belge de l'Expo universelle 2015 a fini son étonnant transfert de Milan à Namur, avec un peu de retard. Aujourd’hui, il a trouvé sa place dans l’écrin de la Citadelle, à côté du téléphérique en construction. Reconstitué presque à l’identique. Il commencera bientôt sa seconde vie, le 13 mars, avec une nouvelle ouverture au public.

Cette entrée spectaculaire (photo ci-dessous), vous la reconnaissez peut-être si vous l’aviez empruntée à Milan en 2015. Sinon, pas de panique : elle a été rebâtie presque à l’identique. Certains matériaux ont tout de même été remplacés, pour s’adapter au climat belge et pour donner au bâtiment une certaine solidité. Le béton a par exemple remplacé le bois au sol. Bien vide pour l’instant, vous pourrez y observer, d’ici un petit mois, des installations robotiques.

Ce vaste couloir mène à la géode. C'est un dôme de verre et d'acier, qui de l'extérieur emprunte des airs à une boule de l'Atomium, un peu cabossée, lui aussi relique d'une exposition universelle, celle de 1958. Et de ce point central, c'est un dédale de couloirs, d'escaliers, de passerelles qui vous mèneront vers de salles d'exposition, dédiées à la technologie numérique. Ces espaces seront gérés par l'asbl namuroise KIKK.

Puis, de là, un escalier vous emmènera au sous-sol vers le "Playground". Autre salle, autre ambiance : sombre mais colorée. C'est là que prendra corps l'exposition Humans/Machines, du 13 mars au 13 juin, qui questionne les relations entre l'humain et les intelligences artificielles, sous forme d'installations ludiques et interactives. 

Vitrine technologique, le Pavillon milanais devenu namurois devrait constituer une plus-value touristique importante, de nature à revitaliser l'esplanade de la citadelle. Le site est aménagé à côté de l'arrivée du futur téléphérique, dont l'ouverture est annoncée fin avril. Depuis la terrasse, qui offre une vue sur Namur, on se représente bien cette synergie entre ces deux futures attractions touristiques de la ville.

Guillaume Debry

Retrouvez l'article original sur RTBF