Namur 5000

Namur : la maison Saint-Aubain fait peau neuve et défend le commerce de centre-ville

C’est parti pour deux mois de rénovation en profondeur de la maison Saint-Aubain.

L’institution namuroise aurait pu se délocaliser par facilité logistique mais ses cogérants tiennent à leurs habitués et au tissu commercial de la capitale wallonne.

Les comptoirs vieux de 35 ans sont démontés sans ménagement. Le décor, si familier pour beaucoup d’habitués, a vécu. Tout va être rénové et remplacé pour "rafraîchir le projet mais aussi acheter du matériel aux standards actuels, plus performant et plus écolo", explique, non sans nostalgie, Hélène de Pouhon, cogérante de l’institution namuroise.

La maison Saint-Aubain fait peau neuve et durant la refonte de son bâtiment historique, deux enseignes temporaires voient le jour sur la place de l’Ange et rue de la Croix. Un choix, évident pour eux, d’investir dans l’avenir d’un commerce de centre-ville malgré les contraintes logistiques : "C’est vrai qu’ici, on fait le choix des contraintes. Nous n’avons qu’une seule entrée pour tout : les clients, le personnel, les marchandises qui entrent et les plats traiteurs qui sortent quand nous cuisinons pour des événements. C’est plus compliqué pour le parking aussi mais on s’y est fait et finalement ça fait partie du charme"

Pourtant les tentations sont là. D’autres enseignes historiques ont fermé ou délocalisé leur activité ces dernières années. Mais les nouveaux cogérants, à la tête de cette affaire de famille depuis un an, n’ont pas envisagé un départ : "C’est vrai qu’on voit beaucoup de monde s’installer dans des zonings comme à Bouge, Naninne, Wierde mais ce ne sont pas les mêmes clients. Mais le centre est tellement attractif avec le vieux Namur, les restaurants, les terrasses, on ne peut pas trouver ça en dehors du centre-ville. Même à Mons ou Charleroi en Wallonie on ne trouve pas cela. Nous, on croit au dynamisme des petits commerces du centre, on voit des choses qui se développent et Donc nous restons ici".

Même son de cloche chez les clients. Un peu perturbés par le nouveau dispositif, c’est avec soulagement qu’ils voient leurs habitudes perdurer. Beaucoup des habitués des lieux se déplacent à pied et comptent sur le maintien d’un commerce de proximité : "C’est fondamental que les commerces restent dans le centre-ville. Nous avons de la chance à Namur et j’ai des amis qui viennent de l’étranger juste pour l’ambiance qui règne dans notre ville avec des commerces nombreux et en pleine ville plutôt que dans un centre commercial délocalisé qui enlève toute vie comme c’est le cas dans d’autres villes", défend Bernard qui fréquentait déjà la crèmerie-boucherie lorsqu’il était enfant.

Avec quelques autres institutions du centre-ville et le développement de nouvelles enseignes, la Maison Saint-Aubain mise sur un avenir commercial plus différencié de la ville.

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF