Namur 5000

Le Grognon de Namur retrouve ses arbres. Huit chênes sont arrivés ce matin

Huit chênes sont arrivés ce matin par camion depuis une pépinière spécialisée basée aux Pays-Bas.

Les arbres ont été déchargés dans la foulée sur le Grognon. Ils ont une dizaine d’années. Ils mesurent sept à huit mètres de haut pour un tronc de trente centimètres de circonférence, soit dix centimètres de diamètre. "C’est une taille qui nous a été conseillée par l’ingénieure agronome Murielle Eyletters" explique l’échevine de la transition écologique, Charlotte Mouget. "Avoir des arbres d’une taille déjà importante permet de diminuer les risques de vandalisme, branches arrachées, troncs brisés".

L’opération de repiquage démarre également aujourd’hui. Elle va s’étaler sur quatre jours. "On doit les placer dans les fosses qu’on a creusées. On amène un amendement pour les aider à bien reprendre parce que le terrain ici n’était pas tout à fait adapté. Et surtout, point très important, on doit placer tout un système de tuteurs. Actuellement, ils n’ont plus de feuilles. Mais en été, ils vont avoir une importante prise au vent. Les tuteurs sont donc très importants durant les cinq à six ans après le repiquage pour éviter les dégâts le temps que le système racinaire ancre bien l’arbre" détaille le chef de chantier. L’opération sera supervisée par Murielle Eyletters.

36.000 euros pour les chênes

Il y a un peu plus d’un an, l’abattage des marronniers malades du Grognon avait provoqué pas mal d’émoi à Namur. La ville s’était engagée à replanter. Ce sont donc des chênes qui prennent la suite au Grognon. Une essence différente pour éviter que les arbres soient contaminés par la même bactérie qui avait condamné les marronniers.

"En tout, l’opération d’abattage des marronniers, évacuation des déchets, travaux de voiries, achat des huit chênes, le repiquage et leur suivi, cela nous coûte 174.000 euros. L’achat des chênes c’était 36.000 euros" détaille l’échevine, facture à l’appui. On n’est pas du tout au montant des 200.000 euros que la presse avait annoncé il y a un an.

A. Stas

Retrouvez l'article original sur RTBF