Namur 5000

Juste avant les fêtes, la Croix-Rouge fait appel aux donneurs de sang

La Croix-Rouge lance un appel aux dons de sang.

Il faut refaire du stock à l’approche des fêtes surtout dans les groupes A- et O- car les réserves sont au plus bas. Reportage au centre de la Croix Rouge de Namur.

Les examens approchent pour Céline. Mais étudiante dans le supérieur, a tout de même pris le temps de donner son sang. "Je suis O négatif. C’est quand même le donneur universel. Ce n’est pas grave de se faire piquer pour à peine 500 ml prélevés en même pas 15 minutes."

Quelques sièges plus loin, Luc vient aussi à la Croix Rouge depuis qu’il est étudiant. C’était il y a 35 ans. "Le camion de la Croix-Rouge est passé dans l’école que je fréquentais à l’époque. C’était mon premier don de sang. Je n’ai jamais arrêté. Je n’ai jamais bien compris pourquoi il y a des pénuries. C’est tellement facile. Ça prend 20 minutes."

Et pourtant, seulement 3500 poches sont disponibles au lieu des 5000 nécessaires à la Croix-Rouge à l’approche de Noël. "Si on regarde maintenant, le stock est relativement bon, explique Tomas Paulus du service sang de la Croix Rouge. Mais on sait que l’on ne passera pas les deux semaines de fêtes où l’on prélèvera moins."

Période creuse

La demande n’est pas forcément plus importante au moment des fêtes, ce sont surtout les donneurs qui sont moins nombreux. "Les étudiants sont en blocus, détaille Marie-Noëlle Pichon, infirmière. Ils ne sont donc pas dans des conditions optimales pour donner. Et ensuite, les entreprises tournent au ralenti pendant les fêtes. Or, on a un certain nombre de collectes dans les entreprises. Donc, on reçoit beaucoup moins de sang. Et puis, on a des donneurs qui partent en vacances, les gens sont à la fête… C’est donc une période plus creuse."

L’appel est donc lancé en particulier pour O négatif et A négatif. Pour faire face aux difficultés d’approvisionnement, les centres de prélèvement ouvriront également leurs portes le 24 et le 31 décembre prochain.

Marie-Laure Mathot

Retrouvez l'article original sur RTBF