Namur 5000

Jugement clément pour les arracheurs de pattes de grenouilles

80 heures de travail et une amende de 1000 euros, c’est la peine prononcée ce lundi par le tribunal correctionnel de Namur à l’encontre de deux des quatre prévenus.

80 heures de travail et une amende de 1000 euros, c’est la peine prononcée ce lundi par le tribunal correctionnel de Namur à l’encontre de deux des quatre prévenus. Ils étaient poursuivis pour avoir arraché les pattes de près de 3500 grenouilles afin de les revendre. Les deux autres prévenus ont bénéficié de la suspension du prononcé de la condamnation.

Les faits se sont déroulés dans les régions de Couvin et Chimay entre janvier 2016 et avril 2018. Les prévenus attendaient la période de reproduction des grenouilles rousses pour les capturer à l’aide de nasses. Ils leur coupaient ensuite les pattes arrière avec des ciseaux, en vue de les commercialiser. 3500 grenouilles ont ainsi été massacrées.

Dans son jugement, le tribunal a réduit la période infractionnelle et le nombre de batraciens concernés. Un premier prévenu a écopé d’une peine de travail de 80 heures pour maltraitance animale commise sur 145 grenouilles. Un autre a été condamné à une amende de 1000 euros. Deux autres prévenus ont bénéficié de la suspension du prononcé pour des maltraitances avérées sur 262 batraciens. Le parquet de Namur avait requis des amendes bien plus importantes – jusqu’à 64.000 euros – à l’encontre des quatre prévenus. Il avait souligné l’impact de ces agissements pour la biodiversité et le fait que l’espèce est presque en voie de disparition. Le tribunal correctionnel de Namur a donc estimé qu’il n’était pas avéré qu’autant de batraciens avaient été tués et a condamné un des prévenus à une amende nettement moins élevée que les 64.000 euros demandés par le parquet.

RTBF avec Agences

Retrouvez l'article original sur RTBF