Namur 5000

Des solutions envisagées pour sauver les 49 emplois menacés chez OSL à Gembloux

Des solutions sont envisagées pour sauver les 49 emplois menacés chez OCE Software Laboratories (OSL) à Gembloux, ont indiqué mardi les syndicats après un conseil d’entreprise extraordinaire.

La direction internationale de la filiale namuroise, active dans la recherche et développement, ne ferme pas la porte.

Basée au parc scientifique Crealys, OSL appartient à la société néerlandaise Océ, spécialiste de l’imprimerie et de la photocopie faisant partie du groupe Canon. La semaine dernière, il a été annoncé aux syndicats l’intention de fermer le site namurois pour délocaliser ses activités en Roumanie. La procédure Renault enclenchée, un conseil d’entreprise a été tenu en urgence mardi. Absente, la direction internationale y était représentée par le directeur du site.

"C’est un peu spécial, car il est lui-même menacé par la délocalisation, mais il fallait nous mettre à table au plus vite", a expliqué Stéphane Baudart, secrétaire régional SETCa. "Ce qui ressort, c’est que les résultats financiers globaux d’Océ sont en baisse et qu’il y a une volonté de réduire les coûts. On n’a pas encore reçu les chiffres exacts, mais cela semble avéré. En revanche, Océ se dit disposé à attendre jusqu’à la fin de l’année avant de commencer la fermeture. Cela nous laisse donc un peu de temps pour envisager une reprise du personnel, voire des infrastructures. Une réduction collective du temps de travail a également été proposée. De même, nous avons demandé un comparatif des coûts entre la Belgique et la Roumanie."

"Une reprise en tant que telle semble compromise car des concurrents comme Xerox ont déjà délocalisé", a-t-il ajouté. "Cependant, ce sont essentiellement des chercheurs et des programmateurs hautement qualifiés qui travaillent ici. Une reconversion du site et de ses activités est donc envisageable. C’est en tout cas ce que nous souhaitons, car la moyenne d’âge du personnel est de 50 ans, avec toutes les difficultés que cela sous-entend pour trouver un nouvel emploi."

Dans l’immédiat, les syndicats vont faire appel à la Société wallonne de gestion et de participations (Sogepa) pour évaluer les possibilités de reprise. Un nouveau conseil d’entreprise extraordinaire est prévu jeudi prochain. En attendant, aucune grève n’est envisagée.

Océ a déjà fermé d’autres sites ces dernières années, notamment à Créteil, en France.

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF