Namur 5000

Coronavirus: les hôpitaux namurois sondent leur personnel en vue de la vaccination, en espérant atteindre les 70%

Après les maisons de repos, la vaccination contre la covid sera organisée dans les hôpitaux.

La campagne devrait démarrer en février. Toujours sur base volontaire.

Les hôpitaux doivent maintenant consulter leur personnel pour savoir qui veut se faire vacciner. Aux cliniques Saint-Luc de Bouge, on espère atteindre le seuil des 70%. Mais ce n'est pas gagné d'avance…

Les hôpitaux ont en effet une semaine pour consulter leur personnel et commander ensuite le nombre de doses de vaccins nécessaires. Il faut aller vite, mais sans brusquer, car le sujet est sensible.

Aux cliniques Saint-Luc de Bouge, chaque chef de service est chargé de faire le tour de son équipe. "Il nous paraissait important d’avoir un contact plus humain, explique Adrien Dufour, directeur infirmier. Il n’était pas question pour nous de lancer des enquêtes en ligne, relativement informelles, et qui ne renseignent pas tout à fait non plus sur la nature de la crainte ou sur un questionnement que l’on pourrait avoir par rapport à une information complémentaire."

Le taux de vaccination est un enjeu crucial de la campagne. Difficile toutefois pour Adrien Dufour de faire un pronostic pour son hôpital. "J’ai le sentiment que ce sera de l’ordre de 40 à 50% de vaccination. En avançant la campagne pour le personnel, nous n’avons pas eu le temps de déployer toute la logique d’information nécessaire. A terme, le but du jeu est vraiment d’arriver à plus de 70% de vaccination du personnel."

Cette nouvelle phase de la vaccination annoncée pour février concerne l'ensemble du personnel travaillant dans les hôpitaux, pas uniquement le personnel soignant, mais aussi les professionnels de la santé de première ligne, comme les médecins généralistes.

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF