Namur 5000

Contrôle des quarantaines : "Mes policiers ne feront pas du baby-sitting", dénonce Maxime Prévot

Les bourgmestres sont un peu pris au dépourvu dans la gestion du retour de vacances en zone rouge.

Il faut, on vous le rappelle, se soumettre à une quarantaine et à des tests PCR le premier et le 7e jour de cette quarantaine. C’est une obligation.

Mais plus d’une semaine après les derniers retours de vacances de Noël, les contrôles policiers n’ont toujours pas été activés pour ceux qui ne respectent pas la quarantaine ou le testing. Les bourgmestres ont reçu depuis vendredi l’accès sécurisé à une plateforme qui leur donne les noms de leurs concitoyens récalcitrants

Les bourgmestres peuvent donc faire appel à la police locale. Le hic, c’est qu’il n’y a pas pour l’instant véritablement de mode d’emploi sur la démarche à suivre.
De nombreux bourgmestres dénoncent un flou légal.

Et à Namur, le bourgmestre Maxime Prévot s’interroge. "Si réellement ce qui va nous être procuré c’est une liste limitative, identifiant de manière spécifique des personnes qui se comportent volontairement de façon problématique alors je peux comprendre que la police puisse intervenir pour leur tirer l’oreille et leur rappeler la responsabilité collective. Si par contre on est dans un schéma où on demande finalement à la police de faire du baby-sitting en allant vers les domiciles de toutes les personnes qui sont censées respecter une quarantaine pour s’assurer qu’elles le font bel et bien, alors je n’ai pas du tout envie de confier cette mission à ma police, j’estime que ce n’est pas son rôle et que pour l’instant elle a d’autres chats à fouetter".

Il faut aussi éviter tout recours en justice. "Dans l’état actuel des choses je suis assez réservé sur la démarche. Je peux comprendre le caractère louable mais a priori je ne suis pas persuadé que la démarche ne va pas se révéler outrancièrement intrusive et probablement pas en adéquation avec les missions premières de la police qui sont déjà chargées dans cette crise sanitaire".

 

Juliette Hariga

Retrouvez l'article original sur RTBF