Namur 5000

Citadelle de Namur : Les Solidarités passent au zéro plastique

On s’active sur les hauteurs de la Citadelle de Namur.

Environ 450 personnes préparent d’arrache-pied la septième édition du festival. Nouveauté cette année, Les Solidarités passent au zéro plastique. Martin Wauthy, directeur du festival, explique la démarche. "La thématique de cette année, c’est le climat et l’environnement. Et donc, il n’y aura plus aucune bouteille en plastique. On passe au gobelet réutilisable. On a 32 food trucks et stands. Tous les commerçants ont comme consignes d’éviter tous les emballages plastiques. Dans tout ce qui est catering des équipes et compagnie c’est de la faïence, ce sont des verres en verre. Et chaque travailleur a reçu sa gourde et il va la remplir à la fontaine à eau." Les Solidarités s’inscrivent donc dans la même démarche environnementale que le festival Esperanzah !

Ne vous mettez pas devant la scène avec des poussettes !

Les organisateurs attendent près de 70.000 personnes sur les trois jours, dont environ 15.000 enfants. Le directeur du festival met les parents en garde. "On s’attend à voir énormément de monde pour Angèle (Ndr : samedi soir, soldout). Il y a énormément d’enfants qui viennent voir Angèle. Aller se mettre devant la scène avec des poussettes ou avec des très jeunes enfants, c’est une mauvaise idée. Donc on a ouvert une zone de gradins qui va permettre à 300-400 personnes d’assister au concert d’Angèle avec une double vue : on voit la scène, et on aura les gros plans de la captation sur l’écran géant."

Une première cette année : des concerts avec interprète en langue des signes

Christine Bourdeauducq est auditrice pour l’ASBL Accès-I. L’association valide les événements et les bâtiments en faveur des personnes handicapées. Une première cette année, des concerts avec interprétation en langue des signes. "Nous aurons particulièrement les personnes sourdes qui seront prises en charge. D’une part, elles pourront être accueillies dans un point info avec des personnes entendantes et mal entendantes qui maîtrise la langue des signes. Et on aura aussi des concerts signés, c’est-à-dire avec des interprètes en langues des signes, comme première cette année."

Monika Wachter

Retrouvez l'article original sur RTBF