Namur 5000

Arrestation musclée lors des fêtes de Wallonie : la police de Namur évoque une rébellion

Un post Facebook circule sur le réseau social depuis hier.

On y voit, sur plusieurs photos, le visage ensanglanté d’un jeune fêtard après ce que sa compagne décrit comme une bavure de la police de Namur. Le groupe d’amis prétend s’être fait contrôler sans ménagement sur la place du Marché au légume, à la fermeture des cafés. Les faits se seraient produits dans la nuit de vendredi à samedi, vers une heure du matin.

Après l’enquête interne, la police parle de rébellion.

"Je me suis fait étrangler"

Contacté par nos soins, Julien Lombet, 21 ans, est l’un des deux jeunes interpellés : "Ils sont arrivés à quinze sur la place et ils nous ont dit de dégager. Ils n’avaient aucune raison de nous parler comme ça et on leur a fait remarquer. Ils ont alors procédé à un contrôle d’identité. Mon ami s’est fait plaquer au sol. Moi ils m’ont étranglé", explique le jeune qui reconnaît être, à ce moment-là, en état d’ébriété : "J’avais bu un verre mais pas au point d’être agressif ni physiquement, ni verbalement."

Le jeune homme et son ami sont emmenés au commissariat. L’un d’eux a même dû être hospitalisé, selon les jeunes fêtards qui envisagent de déposer plainte.

"Un acte non intentionnel", selon le rapport de Police

Ce témoignage, largement diffusé sur les réseaux sociaux n’a pas échappé à l’attention du bourgmestre de Namur. Maxime Prévot a d’ailleurs demandé une enquête interne au sein de la police locale. Le rapport lui a été transmis ce lundi. Un PV pour rébellion a été transmis au parquet.

"Les policiers disent avoir été insultés. Ils évoquent aussi avoir rencontré de la résistance dans le chef des jeunes", explique Maxime Prévot. "Pour maîtriser les fêtards, les policiers n’ont eu d’autres choix que de les immobiliser au sol. Et c’est lors de cette immobilisation que les policiers ont blessé l’un d’eux. C’est un acte accidentel et non intentionnel", précise le rapport dont le bourgmestre a pris connaissance. Les images de la pharmacie voisine ont été visionnées et ne montreraient, elles non plus, rien d’anormal.

Benjamin Brone

Retrouvez l'article original sur RTBF