Pays de contes et légendes d'Ardenne.

Nichée au creux de la vallée de l’Amblève, Aywaille est un pays de contes et légendes d’Ardenne. Les ruines d’un château, dont les origines remontent au 10e siècle, est appelé le château des Quatre fils Aymon. Persécutés par Charlemagne, obligés de chevaucher à quatre un seul cheval, le célèbre Bayard, ils trouvèrent refuge au château de l’Amblève.

Autre légende, celle des Fonds de Quarreux qui occupent le lit de l’Amblève. Ce lieu étonnant raconte la légende d’un meunier qui aurait vendu son âme au diable en échange d’un beau moulin. Mais, l’épouse du meunier veillait au grain, elle a prié toute la nuit… Le jour levé, les ailes du moulin refusèrent de tourner. Fou de colère, Satan fit abattre le moulin dont les blocs colossaux tombèrent dans l'Amblève. Ce serait là, l'origine de ces pierres extrêmement dures, indifférentes à l'action des eaux, qui parsèment le lit de la rivière.

Aywaille, c’est également des sites naturels inscrits au patrimoine majeur de Wallonie. La Heid des Gattes, ou montagne aux chèvres, accueille la joubarbe d’Aywaille, espèce botanique unique au monde. On peut également apercevoir des faucons pèlerins revenus nicher sur la falaise, à la fin des années 1990. Autre site exceptionnel, la vallée du Ninglinspo. Ce petit ruisseau encaissé, le seul torrent de Belgique, affluent de l’Amblève, voit ses eaux contournées de gros blocs de quartzite inaltérables par l’érosion.

A Sougné Remouchamps, les grottes de Remouchamps sont arrosées par une rivière souterraine, le Rubicon, que l’on peut descendre en barque pendant plusieurs centaines de mètres. Le site fut occupé par les chasseurs du Paléolithique, il y a 8000 ans.

A Harzé, c’est un château dont les plus anciennes mentions remontent au 16e siècle. En style renaissance mosane, il accueille aujourd’hui un centre de séminaires et le musée de la meunerie et de la boulangerie.

C. Vandelois