Spa 4900

Binche : les gestes de solidarité envers les commerces du carnaval se multiplient

A Binche, après la déception suite à l’annulation du carnaval, c’est à présent la solidarité qui se met en place.

Il s’agit de tenter de venir en aide aux commerçants qui vivent essentiellement de toute la saison des carnavals. C’est notamment le cas des louageurs qui confectionnent et louent les costumes de gilles.

Alors, un mot d’ordre commence à circuler : les gilles loueront leur costume même s’ils ne le portent pas.


Dans le stock de son atelier Karl Kersten empile les costumes de gilles. Ici, tout était prêt pour le carnaval et près d’un millier de costumes avaient déjà été confectionnés. "Il y en a très peu qui sont sortis. On a fait que trois carnavals en 2020 et l’an prochain, en 2021, on sait que la plus grosse partie des carnavals sera annulée."

Des carnavals annulés alors que Karl avait déjà investi des dizaines de milliers d’euros. Pour aider Carl à passer le cap, certains se mobilisent. C’est le cas de Pol Canart, président d’une société de gilles et aussi tamboureur : "Je vais bien évidemment sensibiliser mes gilles à venir louer leur costume cette année quoi. Nous, sans gilles, on ne pourra plus jouer non plus donc on a tout intérêt à mouiller notre maillot aussi dans le monde de la solidarité."

Un coup de pouce bienvenu même s’il risque de ne pas suffire nous confie Karl Kersten : "Il y a beaucoup d’initiatives personnelles ou groupes de cagnottes qui veulent faire quelque chose. Ce sont de très belles initiatives. Mais notre souci c’est que c’est bien pour passer une petite période mais, après la période de carnaval, qu’est-ce qui va se passer ?"

En attendant, Karl confectionne des masques aux couleurs du carnaval, une manière de tout de même voir quelques clients.

Des initiatives similaires voient le jour aussi sur Facebook où, malgré l’annulation des festivités, des groupes incitent les Binchois a commandé des oranges auprès des producteurs et du mimosa auprès des fleuristes.

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF