Trooz 4870

Après les premières gelées, place à la récolte des prunelles

Ceci devrait intéresser celles et ceux qui apprécient de fabriquer une bonne confiture, une eau-de-vie ou une liqueur à base de prunelles: les premières gelées sont apparues, et c'est le moment de la récolte des prunelles qui garnissent les haies des bocages, en bord de route ou à la lisière des forêts.

Il faut en effet un premier gel pour en apprécier le goût et ses vertus. Nous sommes allés à la rencontre d'un amateur de prunelles dans la vallée de la Vesdre. Il vient d'entamer sa récolte.

Il faut attendre les premières gelées pour avoir des fruits consommables

A Fraipont, les haies qui entourent le terrain de David Arcadipane sont envahies de prunelliers sauvages. Ces arbrisseaux épineux croulent sous les prunelles. Ces petites prunes bleutées sont prêtes désormais à être cueillies car les premières gelées ont donné le signal de la récolte: "L'arbuste produit des petits fruits très astringents, et il faut attendre les premières gelées pour avoir des fruits qui sont consommables. Lors des premières gelées, vous aurez des prunelles qui n'ont plus du tout d'astringence".

On peut récolter les prunelles en octobre, avant les gelées, mais dans ce cas, il faut placer la récolte au congélateur pour provoquer un gel artificiel. La récolte est délicate car les épines sont agressives et il faut se munir de bons gants.

Un fruit aux multiples vertus

On trouve des prunelliers un peu partout dans le pays. Jadis, dans nos compagnes, la prunelle était consommée pour ses vertus multiples, comme l'explique David Arcadipane: "Les prunelles sont riches en vitamine C et permettent un meilleur transit digestif. On peut les transformer en gelée, en confiture, mais aussi en liqueur ou en eau de vie".

Des produits artisanaux, que l'on retrouve rarement dans les magasins: "Ce sont d'ailleurs des recettes des anciens paysans et des recettes de grand-mère qu'on utilise" confirme David Arcadipane.

La récolte s’achèvera bientôt car si l’on traîne, les oiseaux se feront un plaisir d’en faire leur repas.

Philippe Collette

Retrouvez l'article original sur RTBF