Verviers 4800

Verviers supprime les récents aménagements cyclistes boulevard des Gérardchamps

Faire puis défaire, c'est toujours travailler, c'est peut-être ce qu'on se dit à Verviers, où les aménagements réalisés il y a quelques mois pour les cyclistes sur le boulevard des Gérardchamps vont être supprimés.

Faire puis défaire, c'est toujours travailler, c'est peut-être ce qu'on se dit à Verviers, où les aménagements réalisés il y a quelques mois pour les cyclistes sur le boulevard des Gérardchamps vont être supprimés.

Un test qui n'a pas été concluant

Là-bas, on avait enlevé une bande de circulation dans chaque sens pour la consacrer aux vélos, mais aussi aux bus. C'était un test. Mais il n'a pas été concluant, comme l'explique l'échevin de la mobilité, Maxime Degey: "Nous avions été prudents à l'époque puisque nous avions bien signalé qu'il s'agissait d'une période d'essai. Malheureusement, nous devons constater que les bouchons sont très importants, notamment aux heures de pointe. Il y a des rapports qui existent qui nous déconseillent de continuer. Il y a eu des accidents puisqu'il fallait tourner parfois à droite et traverser cette bande de bus pour se rendre dans les commerces".

Le but n'est pas d'abandonner la mobilité douce

Pour certains cyclistes qui empruntaient ces bandes, c'est la frustration. Mais, comme le souligne l'échevin, le but ici n'est pas d'abandonner la mobilité douce: "Il faut reconnaître que certains usagers qui prenaient ce chemin pour aller travailler maintenant au quotidien nous en ont dit du bien, et je peux comprendre une certaine frustration au niveau de certaines personnes. Le but n'est pas d'abandonner la mobilité douce mais peut-être de le faire ailleurs ou autrement. D'ailleurs, on pourrait retrouver sur ce boulevard des pistes cyclables. Ici, le problème, c'était vraiment la zone bus et la piste cyclable qui réduisaient à une seule bande la circulation des voitures, et ça, c'était peut-être un peu exagéré".

Ces marquages vélo/bus au sol sur ce boulevard très fréquenté seront donc bientôt effacés.

Françoise Dubois

Retrouvez l'article original sur RTBF