Verviers 4800

Verviers: comment arrêter de démolir les villas bourgeoises ?

La ville de Verviers veut éviter de nouvelles Toques d'Or.

 Et à Verviers, la Toque d'Or, ce n'est pas le nom d'une récompense gastronomique. La Toque d'Or, aujourd'hui, c'est plutôt le souvenir d'une grande villa disparue. Une grande villa typique des années trente, qui avait abrité un restaurant réputé. Cette villa a été démolie et remplacée par un immeuble à appartements. Verviers voudrait éviter d'autres démolitions de son patrimoine immobilier. 

Un patrimoine extrêmement intéressant

La ville a demandé à des urbanistes de l'Université de Louvain quoi protéger et comment le protéger. Première démarche de ces urbanistes : ils ont parcouru le sud de Verviers et classifié ses bâtiments. "J'y ai vu un patrimoine extrêmement intéressant" se souvient Bénédicte Dawance, "un patrimoine surtout très diversifié. Avec des choses qui sont très bien préservées, des choses qui ont déjà bougé, et des choses qui vont bouger encore".

Il en sort une carte, avec des maisons teintées de rouge, d'autres d'orange, celles qu'il faudrait essayer de garder. Freddy Breuwer, échevin du patrimoine, considère qu'il y a sur Verviers "une centaine de villas remarquables, avec des espaces verts de qualité autour. Tout ça doit être préservé. C'est le patrimoine de la ville de Verviers". "Par exemple", poursuit Bénédicte Dawance, "on va donner des règles sur la division d'une parcelle. Si on a une parcelle avec un patrimoine végétal extrêmement intéressant, on va demander que la division de la parcelle respecte ce caractère aéré". 

Une ligne de conduite urbanistique 

L'échevin compte faire de cette étude la ligne de conduite urbanistique de Verviers... sans pouvoir la rendre obligatoire : "nous n'avons pas les moyens d'en faire quelque chose de contraignant" reconnaît Freddy Breuwer, "mais il y a la volonté de bien encadrer les évolutions."

Verviers veut éviter de voir démolir d'autres Toques d'Or. La ville veut protéger son patrimoine immobilier sans interdire. C'est un pari.

François Braibant

Retrouvez l'article original sur RTBF