Verviers 4800

Procès Valentin Vermeesch: les accusés expriment leurs excuses et regrets

Aux assises de Liège, c'est ce mardi qu'on devrait connaître les peines de prison pour les cinq jeunes hutois coupables d'assassinat et de multiples sévices à l'encontre de Valentin Vermeesch, ce jeune garçon de 18 ans.

Ce matin, les accusés ont pu s'exprimer une dernière fois.

"Je voudrais m'excuser auprès des proches même si je sais que ce qui s'est passé n'est pas pardonnable", a expliqué Belinda Donay. "Laissez-moi une chance de poursuivre mon suivi psychologique, de retrouver du travail et de réparer même si je sais que ce n'est pas réparable".

Alexandre Hart, lui, s'est dit "désolé pour tout ce qui est arrivé".

Dorian Daniels a également exprimé des regrets: "Je regrette énormément ce qui est arrivé. Je vais devoir vivre avec ça toute ma vie, et c'est de ma faute".

Loïck Masson a tenu à représenter ses excuses à la famille de Valentin: "Mes regrets, je vais les emporter à vie, je ne pourrais pas oublier, je m'en veux. Si vous me laissez une chance, je la saisirai" a-t-il ajouté.

Enfin, Killian Wilmet a dit qu'il voulait "présenter ses excuses pour les gens qu'il a fait souffrir à cause de ce procès".

Vers 10 heures, le jury s'est retiré pour délibérer sur les peines.

Pour rappel, le ministère public a requis la réclusion à perpétuité contre Alexandre Hart et Belinda Donnay. Il a demandé 30 ans contre Killian Wilmet, qui était mineur au moment des faits. 30 ans également contre Loïck Masson, eu égard à un léger retard mental. 29 ans ont été requis contre Dorian Daniels, les remords qu’il a éprouvés ont été pris en compte.

Tous ont été reconnus coupables jeudi dernier de l’assassinat de Valentin Vermeesch, 18 ans, torturé puis jeté vivant dans la Meuse à Huy, les mains attachées dans le dos, dans la nuit du 26 au 27 mars 2017. Dans l’arrêt sur la culpabilité, la gravité des actes de torture et des traitements dégradants infligés à la victime a été soulignée.

Les peines seront connues avant la fin de la journée.

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF