Saint-Vith (Sankt Vith) 4780

Pesticides dans l'air : la Wallonie doit-elle s'inquiéter?

Aucun Wallon n’échappe aux pesticides. C’est la conclusion d'une étude réalisée par l'Institut Scientifique de Service Public (ISSEP) sur l'exposition des wallons aux pesticides. De Mons à Gembloux, de la ville à la campagne, de la Hesbaye aux Fagnes.

Les scientifiques ont installé des stations de mesure à douze endroits différents, représentatifs de la diversité géographique wallonne : Waimes, Habay, Charleroi, Liège, Gembloux, Louvain-la-Neuve, Dour, Tinlot, Oupeye, Marche-en-Famenne, Mons et Profondeville. Les capteurs ont été placés au centre des communes, là où vit la population, pendant une année complète.

A Gembloux, les pics de pollutions atteignent près de 19 nanogrammes de pesticides par mètre cube d'air à certains moments de l'année, principalement au printemps et en été, aux moments des pulvérisations. En cause, les cultures intensives de la Hesbaye.

A Oupeye, les habitants vivent entourés de pommiers et de poiriers. L'exposition moyenne, tout au long de l'année, est la plus importante (4,2 nanogrammes de pesticides par mètre cube d'air). 28 pesticides différents ont été détectés au total.

Quel est le risque pour la population et pour les agriculteurs ? La présence à ces niveaux de ces pesticides dans l’air est-elle dangereuse ?  La région doit-elle prendre des mesures pour protéger les populations ? Les agriculteurs peuvent-ils faire évoluer leurs pratiques ?

"Débats Première 100% Wallonie" ce vendredi 18 mai dès 12h15 en direct sur les ondes wallonnes de La Première et sur Auvio

Donnez-nous vos solutions

On attend vos réactions :

  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Débats Prem1ère 100% Wallonie

Retrouvez l'article original sur RTBF