Eupen 4700

Jean-Pascal Van Ypersele à la rencontre des associations sinistrées de la vallée de la Vesdre

Le climatologue Jean-Pascal Van Ypersele est venu constater ce lundi les dégâts des inondations dans la vallée de la Vesdre. A Eupen, Dolhain, Pepinster ou encore Verviers, il s’est entretenu avec des associations actives dans les quartiers sinistrés, voire elles-mêmes touchée par les inondations.

Sur les 20 maisons que nous avons, il y a 18 rez-de-chaussée qui ont été impactés. Les difficultés qu’on a pour l’instant, c’est la reconstruction et l’hébergement d’urgence qui ne sait plus se faire ". Un exemple de situation décrit à Jean-Pascal Van Ypersele. Ici, c’était le cas de la Maison Marie-Louise, à Verviers, un service d’aide et d’hébergement pour personnes en difficulté sociale et présenté par Nicole Mathonet.

Une visite à l’invitation du groupe Entraide et Fraternité, avec pour but d’établir un lien entre urgence sociale et urgence climatique. Un lien que reconnaît Jean-Pascal Van Ypersele : " La lutte contre la pauvreté et la lutte contre les changements climatiques, je crois que c’est important de les voir dans un ensemble parce qu’on sait que les conséquences des événements extrêmes liés au dérèglement du climat affectent beaucoup plus ceux qui sont plus pauvres. Et c’est une double injustice quelque part parce que sont aussi eux qui ont causé le moins d’émissions de gaz à effet de serre qui ont perturbé le climat. Il faut considérer les deux ensemble, j’en suis convaincu ", affirme-t-il.

Un lien dont témoigne aussi Julie Kuetgens, la coordinatrice de l’asbl La Page, une association verviétoise axée sur les enfants : " Et en plus ce sont des personnes qui ont du mal à être encadrées et aidées financièrement. Au niveau des assurances c’est compliqué aussi. Il ne faudrait pas qu’ils se sentent oubliés dans la situation catastrophique dans laquelle ils se trouvent ", explique-t-elle.

Durant sa visite, Jean-Pascal Van Ypersele a pris de nombreuses photos qui lui serviront dans de prochains exposés.

Olivier Thunus

Retrouvez l'article original sur RTBF