Verlaine 4537

Distribution des masques dans les écoles : les élèves recevront-ils le leur ce lundi 18 mai ?

C’est une course contre la montre qui se joue en ce moment pour obtenir et distribuer le plus rapidement possible des milliers de masques aux élèves et à leurs professeurs qui reprendront le chemin de l’école lundi prochain. Les premiers stocks n’arriveront finalement que fin de cette semaine, le reste une semaine plus tard. Il faudra ensuite les répartir et se les procurer dans l’un des 95 points de distribution. Un casse-tête pour des centaines d’établissements.

C’est un marathon que s’apprêtent à entamer les inspecteurs de la Communauté française et les directeurs d’établissements scolaires en Wallonie et à Bruxelles.

Ce lundi 18 mai, des milliers d’étudiants du secondaire qui suivent les cours en 6ème primaire, 6ème et 7ème secondaire reprendront partiellement et en alternance le chemin de l’école.

Les mesures de distanciation sociale devront être respectées et chaque élève devra porter un masque et se désinfecter les mains.

Simple sur le papier, kafkaïen sur le terrain.

Un casse-tête organisationnel

Ces derniers jours, c’est le branle-bas de combat du côté des inspecteurs et des directeurs d’établissements. La rentrée de lundi charrie un nombre d’interrogations majeures auxquelles les réponses sont loin d’être précises.

Le 8 mai dernier, une circulaire (7571) a été publiée par la Communauté française en vue d’éclairer les directions d’établissements sur la distribution de matériel de protection (des masques) et de gel hydro-alcoolique. Elle précise les modalités de réception, la manière dont a été calculé le nombre de masque mis à disposition, etc.

Il y aura donc 95 points de distribution. Pas d’info supplémentaire les concernant mais du côté des inspecteurs on annonce officieusement qu’il s’agira des points d’enlèvement généralement utilisés pour recevoir les copies des CE1D, CESS et CEB. En prenant connaissance de la circulaire, les directeurs scolaires ont eu le même sentiment quant à la localisation des stocks à récupérer.

« Combien de masques pourrons-nous réellement nous procurer ? », s’inquiète un directeur

A l’heure d’écrire ces lignes, la grande incertitude globale se loge dans les délais et les quantités.

La directive est relativement claire quant aux créneaux de distribution : " La distribution des masques se fera en deux temps : un premier temps de distribution sera organisé entre le vendredi 15 mai et le dimanche 17 mai pour répondre aux besoins de la rentrée des classes du 18 mai ; un second temps de distribution sera organisé entre le vendredi 22 mai et le dimanche 24 mai pour répondre aux besoins de la rentrée des classes du 25 mai ".

Il nous revient que la distribution aux établissements n'aura lieu que le dimanche, afin de permettre la réorganisation du stocks en fonction du nombre réel de masques attribués à chaque établissement scolaire.

Au vu des délais, il parait peu raisonnable de penser que tous les masques soient disponibles lundi matin dans l’ensemble des établissements.

" On devrait avoir 2 masques par élève et par professeur. Mais on ne sait pas quand exactement, nous n’avons aucune information supplémentaire à la circulaire. Le chiffre est calqué sur le nombre d’élèves en Rhéto et en 2e secondaire lors des inscriptions en septembre. De notre côté, on a mis en place des contrats pédagogiques de la 1er à la 5e année afin d’accompagner tous les élèves en difficulté ", explique Daniel Lefèvre, directeur de l’Institut Saint-Louis Namur.

Ce plan individuel d’accompagnement a été proposé aux élèves et aux parents au regard de la situation du dernier bulletin de mars et sur base des résultats antérieurs. " Il invite donc les élèves en difficulté à être présent dans l’établissement à raison d’un jour par semaine. Nous ne savons pas non plus combien d’élèves seront réellement présents ou seront à la garderie. Nous ne savons donc pas si la Communauté française nous fournira le nombre suffisant puisqu’il n’y a pas eu d’échanges sur les besoins ", explique le directeur qui confie que l’organisation de la reprise des cours se révèle extrêmement compliquée.

Pas question pour autant de ne pas accueillir les étudiants ce lundi 18 mai dans l’institut namurois. " Certains établissements ont d’ores et déjà annoncé qu’ils n’ouvriraient pas s’ils ne possédaient pas le matériel nécessaire. De notre côté, nous avons sensibilisé les familles, par courrier, de façon à ce que lundi tout élève et tout professeur se présente avec un masque personnel ", explique Daniel Lefèvre.

La reprise est dans 6 jours.

Aurore PEIGNOIS