Huy 4500

La maison des jeunes de Huy s'est réinventée pour maintenir interactions sociales et activités malgré la crise

Les maisons des jeunes doivent s’adapter si elles veulent maintenir le lien avec leur public durant cette crise sanitaire.

C’est le cas de la Mézon, la maison des jeunes de Huy. Dès le mois de mars, son équipe d’animation l’a réinventée pour maintenir, à distance et quotidiennement, les interactions sociales avec et entre les jeunes et leur proposer diverses activités. La Ministre de la jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny, a d’ailleurs épinglé cet exemple de créativité et de dynamisme.

"On ne voulait pas être une institution à l’arrêt.", explique Cathy Moureaux, la coordinatrice de la maison des jeunes de Huy, "Très vite, on a reconstitué une maison des jeunes en ligne, avec des accueils et des activités socioculturelles à travers des ateliers, pour que le jeune au départ de chez lui puisse retrouver tout l’encadrement dont il pouvait bénéficier au sein de la maison des jeunes et surtout des qualités humaines des animateurs."

Elle poursuit : "On leur a demandé les ateliers qu’ils souhaitaient remettre en place. On est arrivé sur les ateliers "cuisine", les ateliers "informatique", les ateliers "jeux de rôles", les ateliers "jeux de société". Toute l’après-midi, jusqu’en soirée, tous les jours, ils ont donc l’occasion de rencontrer les animateurs à travers des salons de discussions et de rencontres, à travers les ateliers, mais également à travers les projets de citoyenneté que l’on mène. On a entraîné d’autres institutions "jeunesse" dans le bateau, ça permet aux jeunes aussi de pouvoir rencontrer des pairs d’autres institutions et de pouvoir recréer de nouveaux liens. C’était déjà leur première grande demande en présentiel au sein d’un centre de jeunes, elle est doublement en besoin depuis qu’ils sont cloisonnés.".

Rester en contact

Du côté des jeunes, Baptiste, par exemple, participe : "A la maison on line et, vu que je suis DJ, je mets des mix, je poste des musiques, parfois aussi des live. Ça fait en sorte qu’on garde quand même un lien social même à distance. Ça fait plaisir et ça passe le temps."

Pour Maxime, l’intérêt : "C’est le fait surtout de rester en contact avec les animateurs et aussi de pouvoir continuer à développer notre créativité, pouvoir échanger, pouvoir écouter de la musique ensemble. C’est vraiment une super initiative.".

Pacôme Bilali, animateur médias et informatique, nous fait découvrir une vidéo : "Ça, c’est une vidéo qui invitait les jeunes à venir faire un parcours d’éducation aux médias pour apprendre à résister aux fake news et aux théories du complot sur internet. C’est disponible sur notre site internet. Sinon, avec notre atelier informatique, pour le moment, on est en train de mettre en place un serveur Minecraft. Les jeunes apprennent à programmer en Python. On est en train de recréer la maison des jeunes mais en version virtuelle par rapport au jeu Minecraft."

Nicolas Danze, un autre animateur, s’occupe notamment de tout ce qui est sportif : "On collabore avec deux autres maisons de jeunes. On met en place tous des petits défis sportifs, comme recréer le geste de son footballeur préféré, ou alors tout simplement regarder un match de foot en vidéo conférence ensemble. On arrive quand même à les faire bouger. C’est le moyen qu’on a trouvé via l’atelier mini-foot qu’on ne peut pas donner à cause du confinement.". Il a également en charge tout ce qui est citoyenneté : "Sensibiliser les jeunes pour le moment, c’est vraiment très important. On a réalisé deux capsules vidéo : une pour sensibiliser les jeunes à l’importance du port du masque et ici on est en train de réaliser une deuxième, qui sortira la semaine prochaine, sur la vaccination, le " pourquoi se faire vacciner ? ". Ce qui est important aussi au niveau de la citoyenneté, c’est de sensibiliser les jeunes différemment par rapport à des phénomènes de société.".

Les jeunes ont aussi pu continuer à imaginer des projets, comme la création d’une radio itinérante qui devrait voir le jour à l’automne.

Martial Giot

Retrouvez l'article original sur RTBF