Saint-Nicolas 4420

Le domaine du Chenoy plante de nouvelles vignes

Les chiffres de l’année 2019 sont plutôt bons pour le domaine viticole du Chenoy, implanté à Emines, et géré depuis 2017 par les frères Despatures.

"En 2019, nous avons vendu environ 80.000 bouteilles de vin, se réjouit Pierre-Marie, le cadet. Le problème, c’est qu’avec nos 10 hectares, nous ne pouvons en produire que 65.000."

Alors, pragmatiques, les frangins franco-belges ont décidé d’agrandir l’exploitation : quatre nouveaux hectares ont fait leur apparition sur des terres agricoles situées à quatre kilomètres du domaine. "Nous les louons à un fermier qui y cultivait des pommes de terre. Le sol de la parcelle est très argileux, ce qui est excellent pour le développement de la vigne ; d’autant que c’est souvent ensoleillé et qu’il y fait chaud. Il s’agit d’un terroir différent de celui du domaine, ce qui est toujours intéressant."

Les premières vendanges sont attendues pour 2022, mais il faudra attendre encore une année ou deux supplémentaires pour atteindre l’augmentation effective de 33% espérée dans la production.

Bientôt un nouveau vin blanc ?  

En portant l’exploitation à 14 hectares, les propriétaires ont également voulu rééquilibrer la production entre les vins rouges et les vins blancs, ces derniers étant sous-représentés. "Ici, nous avons plantés exclusivement des cépages blancs. On retrouve des cépages déjà présents au domaine – Solaris, Johanniter, Bronner - mais aussi un nouveau, le Souvigner gris."  De quoi "booster" la production des vins blancs existants mais aussi, peut-être, créer un nouveau produit haut de gamme et élevé en barrique, comme il en existe déjà dans la famille des rouges.

L’expansion territoriale du domaine s’accompagne par ailleurs d’autres projets au niveau des installations. "En 2020, nous investissons dans du matériel pour la cuverie : des cuves, et un nouveau pressoir. En même temps, nous comptons créer un chai à barriques."

Pas de doute, le domaine du Chenoy grandit. Mais le vigneron insiste : ces projets se font dans l’optique d’un agrandissement raisonné. "Nous voudrons toujours garder notre identité locale, biologique et originale."

Louis Matagne

Retrouvez l'article original sur RTBF