Crisnée 4367

Le Député provincial Pascal Lafosse réclame la réouverture de la caserne de la Protection civile à Ghlin

Le député provincial hainuyer Pascal Lafosse (PS) a réclamé ce vendredi la réouverture de la caserne de la Protection civile à Ghlin, fermée au 1er janvier 2019 en vertu d'une réforme décidée par le gouvernement Michel 1er.

"Les récentes et dramatiques inondations qu'a connues la Wallonie ont montré, si besoin en était encore, l'importance d'un financement adéquat et d'une juste répartition géographique des services de sécurité civile", a affirmé M. Lafosse dans une lettre ouverte.   "Après l'émotion citoyenne qui a gagné l'ensemble de notre pays et a mis au jour la formidable générosité des Belges, vient l'heure des questions et des mises au point. La solidarité nationale, si joliment exprimée par nos compatriotes, est-elle de mise au cœur de nos Institutions fédérales?  L'Etat joue-t-il le rôle qui lui incombe pour garantir la même sécurité à chaque Belge? Je crains qu'il faille répondre par la négative", a ajouté le député provincial.  

Les pertes d'emploi

Selon lui, la réforme de la Protection civile menée à la hussarde par l'ancien ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) a en effet signifié la perte de plus de 800 agents au sein de ce corps.    Cette réforme, annoncée  le 4 avril 2017, est entrée en vigueur le 1er janvier 2019. Elle portait sur une réorientation des missions entre les services d'incendie et la Protection civile, l'alignement du statut des agents de la Protection civile sur le statut du service incendie afin de favoriser la mobilité entre les deux services de secours, et une réduction du nombre de casernes opérationnelles.

Seules deux casernes sur les six existantes ont été maintenues: Brasschaat (province d'Anvers) et Crisnée (province de Liège).   Pour M. Lafosse, les possibilités d'interventions sur le terrain ont été insuffisantes lors des inondations meurtrières de la mi-juillet et ont parfois impliqué, dans le chef des zones de secours, l'obligation de louer du matériel au privé, faute de pouvoir encore compter sur celui de la Protection civile.  

Beaucoup de sites Seveso en Hainaut

 Le député réclame dès lors la réouverture de la caserne de Ghlin au nom du "bon sens", expliquant que le Hainaut, outre sa densité de population, rassemble sur son territoire près de la moitié des sites industriels classés Seveso.    De nombreux exemples récents ont démontré que l'éloignement de la Protection civile de plus de 120 kilomètres implique des délais d'intervention excessifs et un risque majeur de suraccident ou du moins d'aggravation de la situation au détriment de la population. "On n'ose imaginer ce qui se serait produit si le Hainaut avait été frappé par les inondations dans une mesure comparable à Liège?", souligne M. Lafosse.   Il cite les chiffres de 2019-2021 qui montrent selon lui que la Protection civile de Crisnée a dû traverser la Wallonie à près de 400 reprises pour intervenir en Hainaut. "C'est une évidente perte d'argent et d'efficacité", fait-il encore valoir.
 

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF