Fexhe-le-Haut-Clocher 4347

Vaccin de la grippe: ne vous précipitez pas, mieux vaut attendre la mi-décembre

Cette année, le Conseil supérieur de la Santé préconise d’attendre au moins la mi-octobre avant de se faire vacciner contre la grippe.

"En Belgique, il est rarissime que la grippe se manifeste fin décembre. Classiquement, c’est en janvier-février-mars", justifie son directeur des vaccinations, Yves Van Laethem.

"On sait qu’il faut à peu près deux semaines avant de développer des anticorps à partir du moment où on est vacciné. On sait que la quantité de ces anticorps qui nous protège, diminue au cours du temps", précise-t-il. D’où l’intérêt de ne pas faire l’injection trop vite, histoire de garder "le plus d’anticorps possible quand la grippe sera là".

Pour lui, "c’est mieux de le faire entre le 15 octobre et le 15 décembre" pour éviter de "gaspiller" ces anticorps.

"On peut être vacciné à n’importe quel moment, même tardivement si nécessaire. Mais autant avoir assez d’anticorps d’emblée et donc de le faire à la mi-décembre. Quelqu’un qui serait vacciné en janvier par exemple, reste tout à fait adéquat, mais risque de faire la grippe avant d’avoir reçu son vaccin", ajoute Yves Van Laethem.

Pourquoi le dire seulement cette année ?

Si la grippe arrive traditionnellement qu’en début d’année, pourquoi le Conseil supérieur de la Santé n’en parle que cette année ?

"J’avoue que nous ne l’avions jamais précisé en se disant que c’était du bon sens. On s’est simplement rendu compte, sur le terrain, que beaucoup de gens étaient déjà vaccinés à partir de la mi-septembre. Et devant ces vaccinations trop précoces, on a pensé utile de préciser à nos collègues que la retarder d’un mois, d’un mois et demi par rapport à leur habitude, n’était pas mauvais", explique-t-il.

Et de conclure : "Il ne faut pas se précipiter sur le vaccin. Il faut le faire au moment le plus adéquat possible".

Rappelons que le vaccin de la grippe est recommandé aux femmes enceintes, aux personnes de plus de 65 ans et à celles souffrant d’affection chronique. Le personnel travaillant dans le secteur de la santé doit aussi être vacciné.

De son côté le directeur des vaccinations du Conseil supérieur de la Santé précise encore qu’il ne devrait pas y avoir de pénurie de vaccin cette année, comme c’était le cas l’année dernière.

C. Biourge avec M. Joris

Retrouvez l'article original sur RTBF