Fexhe-le-Haut-Clocher 4347

Manifestation nationale du 28 janvier: perturbations dans les transports en commun

Ce mardi 28 janvier, les organisations syndicales participeront à une manifestation nationale à Bruxelles. Elles plaident "pour une sécurité sociale renforcée et justement financée".

La société de transports en commun wallonne (TEC) indique dans un communiqué qu'il ne s’agit donc pas d’une grève sectorielle de ses agents mais d'une action pour laquelle les organisations syndicales ont déposé un préavis couvrant les agents qui y participeront.

Plusieurs régions pourraient être potentiellement touchées.

Selon nos informations, les TEC de la zone Liège-Verviers seront "très fortement touchés", en particulier les dépôts de Jemeppe et de la Hesbaye. Une situation compliquée est également annoncée en Hainaut, surtout dans les régions de Mons et du Centre.

Des perturbations sont prévues dans l'entité de Charleroi.

Dans les provinces de Namur ou de Luxembourg, de "légères perturbations" sont annoncées. Environ 10% du personnel affilié à la CGSP Tec Namur Luxembourg, et prévu à l'horaire ce mardi, participera à la manifestation à Bruxelles. A Namur, seule une ligne sera suspendue, mais il s’agit d’un trajet aussi emprunté par un autre bus. Le service devrait donc être en majeure partie assuré. Il en est de même dans le Brabant Wallon.

Du côté de la SNCB, aucun préavis de grève n'est prévu et aucun plan n'est mis en place pour adapter les horaires de réseau ferroviaire pour l'instant.

Françoise Ledune, porte-parole de la STIB, déclare qu'il est difficile de prévoir comment cela va se passer le jour J : "Il est possible que certains de nos travailleurs participent au mouvement, mais l'ampleur de l'action n'est pas définie à ce stade." Les syndicats socialistes et libéraux soutiennent l'appel à la grève, ce qui n'est pas le cas des syndicats chrétiens (qui représentent le plus grand nombre de travailleurs).

La STIB invite ses voyageurs à s'organiser en vue des perturbations attendues sur son réseau. La société de transport informera ses voyageurs sur l'état du réseau dès 6h mardi via ses canaux de communication habituels.

Chez De Lijn, on n’est pas beaucoup plus alarmiste. Selon le compte Twitter de la société de transports en commun flamande, "il n’y a pas d’appel à la grève, mais selon la CGSP, il peut y avoir des perturbations. Vous pouvez vous tenir au courant via notre site internet".

Le TEC précise que l'ensemble des services seront à nouveau assurés normalement le mercredi 29 janvier 2020.

En région liégeoise

Aucun blocage ou piquet de grève n’est prévu. C’est un appel à la manifestation dont il est question ce mardi, pas d’une grève au sens propre du terme. Des perturbations sont attendues dans les entreprises où la FGTB est fortement représentée telles que la FN Herstal, Magotteaux, Techspace, Spadel…

La direction de Corman, société spécialisée dans la fabrication de beurre et de matières grasses, et la FGTB se sont mis d’accord pour éviter que le personnel ne parte à la manifestation. Tout le monde participera donc au nettoyage de la beurrerie à la suite de l’incendie partiel de mercredi dernier.

Il faut aussi s’attendre à des perturbations dans les écoles qui dépendent de l’enseignement officiel. Des professeurs ont prévu d’aller manifester… et le réseau TEC sera perturbé. Dans les prisons de Lantin et Paifve, les visites sont annulées et les détenus ne pourront pas accéder au préau.

La rue va-t-elle se réveiller ?

La FGTB organise une manifestation pour défendre la sécu ce mardi. Le PTB organise une marche de la colère le 1er mars. On se souviendra qu’en 2011, la longueur de la crise avait débouché sur des manifestations "spontanées" de colère contre la classe politique. Drapeaux Belges aux fenêtres, il y a pile 9 ans, 30.000 personnes bravaient les rues de Bruxelles pour une marche de la "honte".

Ce n’était pas clair un état pré-insurrectionnel, la prise du palais d’Hiver, mais quand même cela avait pesé sur le climat des négociations. A la marge. La "manifestation de la honte" a eu lieu après 224 jours, il en a fallu 541 pour résoudre la crise.