Neupré 4120

Liège se dirige vers la création d'une zone de tolérance pour la prostitution plutôt qu'un Eros center

En matière de prostitution à Liège, le projet de créer un Eros center est mis de côté, faute de consensus politique.

C'est ce qu'a annoncé le bourgmestre Willy Demeyer lors du conseil communal de ce lundi soir, en réponse à la question posée par le conseiller indépendant François Pottié. La création d'un tel centre de prostitution encadrée avait été envisagée rue Varin, suite à la fermeture des salons du quartier Cathédrale-Nord en 2009, mais en l'absence d'accord au sein de la précédente majorité (PS/CDH), il n'a jamais vu le jour et la ville ne compte pas rouvrir le dossier. 

Alors que la crise sanitaire a encore renforcé la précarité des travailleurs du sexe, les autorités communales veulent désormais privilégier la piste d'une zone P, une zone délimitée où la prostitution serait tolérée.  

Du côté de l'association Espace P, qui défend les droits des travailleurs du sexe, son porte-parole Quentin Deltour précise que "la mise au placard d'un projet d'Eros center n'était pas dans nos demandes mais on s'y attendait. Ce projet de zone P, ça va tout de même dans le sens de ce qu'espèrent les travailleurs du sexe, pour peu qu'ils aient leur mot à dire sur les rues concernées et les horaires de tolérance. Pas question par exemple de délocaliser la prostitution dans un quartier qui ne leur conviendrait pas en matière de sécurité notamment"   

 Un projet d'Eros center avait aussi été évoqué à Seraing mais le projet a finalement été abandonné.

Marc Hildesheim

Retrouvez l'article original sur RTBF