Neupré 4120

[Carte interactive] Les monnaies locales, on en trouve où en Fédération Wallonie-Bruxelles ?

Les monnaies complémentaires locales gagnent en succès en Fédération Wallonie-Bruxelles. On en compte près de 18 aujourd’hui : 16 en circulation, 2 en préparation. Vivre ici vous propose de mieux les connaitre à travers une carte interactive.

Les monnaies locales complémentaires (MLC) – lancées par des collectifs de bénévoles avec le soutien des communes - ont pour caractéristique principale de ne pouvoir être dépensées que sur un territoire restreint (une commune, une agglomération ou une région). Par exemple, les Val’heureux sont utilisés à Liège, mais si vous vous rendez à Malmédy, vous devrez vous procurer des Sous-Rires ! En cela, ces monnaies proposent une réelle alternative au modèle économique dominant et à l’euro qui s’utilise sur un très large territoire et sur internet.

Si les monnaies sont principalement en format papier, certaines ont commencé à se développer d’une manière numérique – comme le Caro’Or à Charleroi - en vue de toucher les plus jeunes générations.

Vers une économie circulaire

Ces monnaies citoyennes présentent plusieurs avantages : soutenir le commerce local, développer une économie circulaire et recréer du lien au sein d’une communauté. Véritables bons de soutien, elles redynamisent en effet les commerces existants et permettent aux nouveaux commerçants et producteurs de rejoindre un réseau déjà établi.

Prenons un exemple pour mieux comprendre le fonctionnement d’une monnaie locale : Madame X se rend au restaurant de Monsieur Y et paye son repas avec la monnaie locale. Le restaurateur, lui, pourra alors utiliser l’argent reçu pour se fournir chez Madame Z – productrice locale de légumes. Elle-même pourra faire appel à Monsieur A, artisan spécialisé dans les emballages de nourriture. Et ainsi de suite avec d’autres acteurs locaux.

Des efforts au quotidien

Toutefois, opter pour une monnaie locale est un choix engagé de la part des consommateurs et leur demande des efforts concrets : ils doivent en effet trouver des comptoirs de change, se tourner uniquement vers les producteurs et commerçants partenaires, changer en grande partie leurs habitudes de consommation. Plus question donc de se rendre dans des grandes chaines de distribution.

En revanche, les monnaies locales rassurent les consommateurs dans ce qu’ils achètent et consomment au quotidien : les ASBL choisissent en effet des producteurs et des commerçants locaux et respectueux de valeurs éthiques, solidaires et écologiques. Vous pouvez d’ailleurs consulter les listes des partenaires de chaque monnaie sur le site internet (cf. carte interactive) et ainsi découvrir de nouvelles adresses près de chez vous.

NB : sur la carte, vous ne trouverez que les monnaies déjà en circulation – recensées par le réseau Financité en mars 2020. Deux autres monnaies sont en préparation : la Brawette dans la Brabant ouest et le Fèstu à Binche.

Vous en connaissez d’autres ? Envoyez-les-nous via contact@vivreici.be

 

Maxime Maillet