Liege 4000

Une expérience de science citoyenne : des Liégeois vont compter les particules ultrafines émises par le trafic automobile

C’est le projet Naneos : une dizaine de citoyens, en divers endroits de la ville, vont placer, à la fenêtre de leur logement, un appareil muni d’un capteur de particules ultrafines dans l’air. Grâce à un logiciel de calcul, le dispositif mesure la quantité potentiellement absorbée par les poumons des habitants. L’intérêt de cette initiative, c’est que les participants disposent déjà d’un équipement du réseau Telraam, le réseau qui compte les passages de piétons, de cyclistes, de voitures et de camions : ce couplage permet donc de vérifier, en temps réel, un lien entre le trafic automobile et ce type de pollution.

C’est l’association Inter-Environnement Wallonie qui est à la manoeuvre. Pauline Dessart, chargée de mission, explique : "c’est une première, nous avons l’opportunité d’utiliser les données du réseau Telraam, nous allons pouvoir établir une corrélation entre la circulation et la qualité de l’air ; c’est une question de santé : les particules ultrafines, plus elles sont fines, plus elles pénètrent profondément dans le système respiratoire puis le système sanguin, puis dans divers organes, et elles peuvent provoquer diverses maladies cardiovasculaires par exemple.

C'est une expérience pilote de science citoyenne, c'est-à-dire d'appropriation de savoirs par la population. Les résultats de cette étude devraient être connus à la fin novembre : une première approche, puisqu’il n’existe pas encore de norme pour les particules ultrafines…

 

Michel Gretry

Retrouvez l'article original sur RTBF