Liege 4000

Privés de cours, les profs de gym se réinventent

Les professeurs d’éducation physique sont privés de leurs cours depuis la rentrée en code rouge, à la fin des congés d'automne.

Ils sont dès lors nombreux à se mettre au service de leur école, en reprenant des surveillances, des études, pour soulager leurs collègues partagés entre l’enseignement présentiel et à distance.

Certains établissements tentent de mettre en place des alternatives. Ainsi, au collège Sainte-Véronique à Liège, les élèves de première et deuxième année (admis à plein temps en présentiel) reçoivent une formation à la réanimation. Plutôt qu’une balade avec le port du masque, Pierre Renard a décidé d’apprendre à ses élèves les gestes qui sauvent. Une première pour ce professeur d’éducation physique : "c’est en tout cas la première fois que je le fais en classe, puisque les halls de sports sont interdits. Cette formation se donne normalement sur plusieurs mannequins, où l’on passe d’un rôle à l’autre. Ce n’est aujourd’hui plus possible. La manière de donner ici cette formation, aux classes de première et deuxième, c’est tout à fait neuf. Je prends beaucoup de plaisir à faire ça, parce que c’est très important et j’ai aussi beaucoup de retours positifs des enfants ; ce n’est pas du tout un poids pour moi, même si le fait de bouger, d’avoir les enfants en mouvements, avec des ballons, ça manque évidemment.

C’est une super bonne idée, s’enthousiasme un élève, j’aimerais avoir l’occasion, si je vois une personne qui tombe, de la sauver.

Le manque de sports et d’activités physiques est également mentionné par les enfants : "Je trouve ça bien car on apprend de nouvelles choses, mais dommage aussi car on ne fait pas de sports"."C’est une très bonne idée, commente une jeune fille, par contre le cours d’éducation physique me manque. Je suis un peu déçu, précise un jeune garçon, j’aimais bien les cours comme le ping-pong, le volley, le basket.

"C’est complètement différent de ce qu'on"on fait d’habitude, précise Pierre Renard, mais je m’amuse bien. On verra après 5 semaines, quand j'aurais répété la même chose 25 fois, si cela m'amuse toujours autant mais là, c'est très agréable

Bénédicte Alié

Retrouvez l'article original sur RTBF