Liege 4000

Liège: le cdH sera-t-il absent du prochain conseil d'administration de Resa?

Le système de répartition politique, très défavorable au parti centriste, ne lui permet de conserver, au mieux, qu'un seul administrateur.

Et c'est le PTB qui gagne un conseiller à sa place.

Comment expliquer cette quasi-disparition du cdH chez Resa, le principal Gestionnaire de Réseaux de Distribution d’électricité et de gaz en Province de Liège? D'abord parce que de moins en moins d'électeurs votent pour les centristes. Et puis, le cdH était surtout dans des listes dites "citoyennes". Et après l'élection, par rapport à 2012, moins d'élus se sont apparentés à lui. Trente pour cent de moins. Or, c'est cet apparentement aux partis qui ouvre la porte aux "mandats dérivés" dans les conseils d'administration. Résultat: chez Resa, parmi les conseillers issus des communes, aucun n'est cdH.

"La répartition des sièges favorise les communes urbaines", nous répond-on au cdH. C'est là qu'on vote PS et PTB. Et les centristes s'étonnent aussi de voir le PS obtenir aussi quatre fois plus d'administrateurs que les libéraux. 

Reste une chance pour le cdH de décrocher un - un seul - conseiller chez Resa. Cette fois sur l'autre quota, en fonction des résultats aux élections provinciales. Ça doit se négocier entre partis. Mais même là, il n'est pas certain que la clé de répartition permette au cdH de garder un fauteuil au conseil d'administration de Resa.

François Braibant

Retrouvez l'article original sur RTBF