Liege 4000

Les magasins d'économie sociale et circulaire de seconde main plaident pour leur réouverture

Pour la fédération RESSOURCES, qui représente 62 entreprises sociales et circulaires actives dans la réutilisation des biens et des matières en Wallonie et à Bruxelles, la seconde main est un service essentiel.

 Or, le secteur constate que, malgré les initiatives prises pour maintenir une vente à distance, il ne parvient plus à subvenir aux besoins des plus fragilisés. Il plaide donc pour une réouverture partielle et contrôlée de ses magasins de seconde main.

Geneviève Godard, chargée de la communication de Terre asbl, explique : "Les boutiques d’économie sociale et circulaire ont un rôle très important. D’abord un rôle environnemental, puisque, les articles que nous mettons en vente, on leur permet d’avoir une seconde vie et on permet surtout à la population de s’équiper avec ces articles-là au lieu d’acheter du neuf. Deuxième avantage, c’est du point de vue social : beaucoup de personnes aux revenus modestes sont touchées de plein fouet par cette crise et c’est important de pouvoir continuer à mettre à leur disposition des articles à très bas prix. Depuis le début de ce second confinement, on permet à la population de réserver des articles via internet."

Terre a, par exemple, pris des initiatives du genre dans ses magasins de Verviers et de Liège. "Notre boutique Terre à Verviers a deux grandes vitrines et, toutes les semaines, elle expose des vêtements, des articles, des chaussures, etc. Ces articles peuvent être réservés par téléphone. Deuxième initiative : notre magasin Planète R à Liège organise plutôt une vente via Facebook. Toutes les semaines, on organise un live sur Facebook, une vente en direct. Ce sont des articles récents et des articles vintage.", détaille Geneviève Godard, "L’expérience qu’on mène actuellement à Verviers et à Planète R, on va la reproduire dans d’autres magasins. Ces deux initiatives fonctionnent plutôt bien. Mais on touche une clientèle qui n’est pas la plus fragilisée. Cette population vraiment fragilisée, qu’on voit d’habitude quand nos magasins sont ouverts, on ne la rencontre pas encore via ces deux moyens-là. Il y a toute une partie de notre clientèle habituelle qui n’est pas équipée. Donc ce serait important pour ces personnes, à l’approche de l’hiver, de pouvoir acheter des vêtements chauds, des chaussures adaptées pour l’hiver, des accessoires à petits prix et de pouvoir utiliser d’autres systèmes que l’achat par internet. C’est pour ça que ça nous semble très important de pouvoir rouvrir nos magasins le plus vite possible.".

 

Martial Giot

Retrouvez l'article original sur RTBF