Liege 4000

La ville de Liège adopte des détaxations pour soutenir ses commerçants

Le conseil communal de ce lundi soir a voté une première salve de mesures fiscales dans le souci de lutter contre les conséquences économiques de la crise sanitaire de ce printemps.

Concrètement, il s'agit de dégrèvements. Ils sont calculés sur la durée des fermetures qui ont été imposées puis allégées par le conseil national de sécurité. Les magasins qui ont continué à fonctionner ne peuvent évidemment pas bénéficier de ces mesures. 

La taxe sur les débits de boissons, la taxe sur les hôtels et la taxe sur les terrasses des restaurants sont réduites d'un quart (soit un trimestre). La taxe sur la force motrice est diminuée de deux douzièmes pour les industries et les commerces, mais d'un douzième seulement pour les jardineries qui ont rouvert avant tout le monde. 

Le coût global, le manque à gagner, avoisine les trois quarts de millions, compensés partiellement (pour les deux tiers) par la région wallonne. Pour l'échevine Christine Defraigne, "c'est un effort important, parce que les finances de la ville sont dans une situation extrêmement délicate, et nous sommes occupés à élaborer un plan de gestion qui s'annonce difficile, mais les pouvoirs locaux se doivent d'être en première ligne pour aider les entreprises". Les démocrates humanistes ont été les seuls à s'abstenir. Ces dispositions doivent à présent être communiquées à la tutelle régionale.

Michel Gretry

Retrouvez l'article original sur RTBF