Liege 4000

La "materiotek", le nouveau concept de la Ressourcerie de Liège pour bricoler moins cher

La Ressourcerie de Liège propose un concept récup innovant avec sa "materiotek". Dans son magasin de seconde main, elle propose des fenêtres, des escabelles ou des éviers, qui jusqu’à peu étaient envoyés au recyclage. L’occasion de bricoler à moindre coût avec des matériaux et des pièces de construction d’occasion.

Dans la materiotek de Grâce-Hollogne, les châssis, portes et visserie côtoient maintenant les machines à lessiver et meubles habituels. Ces objets proviennent des encombrants collectés à domicile par cette entreprise à finalité sociale. L’objectif est de les réutiliser plutôt que de les jeter. Avec cette nouvelle démarche, la ressourcerie développe donc une autre filière d’économie circulaire.

La materiotek existe depuis un mois et Paul est déjà fan du concept. Il farfouille parmi les bacs et sillonne les allées du hangar "à la recherche certains trucs, comme des châssis de fenêtre, des portes…" Il rénove un chalet et la materiotek est une véritable mine d’or pour réaliser ses travaux. "Par exemple, un sceau comme ça, avec des vis, de la récupération… Tu tries un peu et si tu devais tout acheter en magasin, tu en as vite pour 50 à 75 euros", explique-t-il.

"On peut trouver tout ce qui est matériaux de jardinage, sanitaires, menuiserie, des panneaux de bois, des piquets, des grillages ou encore des outils de jardins", liste Delphine Bodart, responsable réutilisation à la Ressourcerie. "Par exemple ici on a des paquets de parquets qui arrivent emballés, qui n’ont jamais été ouverts ni utilisés et qui du coup auraient été jetés. Or, ça peut servir à quelqu’un."

A côté des "bricoleurs du dimanche", les personnes qui réalisent de petites réparations chez eux ou les artistes sont conquis, comme Paul qui vient de faire une trouvaille : "Voilà, il y a des chaînes par exemple, ça peut me servir pour éviter qu’on me vole ma remorque ou n’importe quoi. Je n’en ai même pas besoin, mais je vais la prendre quand même !"

Erik Dagonnier

Retrouvez l'article original sur RTBF