Liege 4000

Des centaines d'emplois menacés chez FedEx: le pari risqué du "tout à la logistique" ?

L’annonce faite aux organisations syndicales ce mardi midi a pris tout le monde de court : la direction de FedEx a annoncé qu’elle avait l'intention de supprimer 671 emplois dans son hub aérien de Liège et imposer une modification d’horaires et du nombre d'heures de travail pour 861 autres membres du personnel.

L’annonce faite aux organisations syndicales ce mardi midi a pris tout le monde de court : la direction de FedEx a annoncé qu’elle avait l'intention de supprimer 671 emplois dans son hub aérien de Liège et imposer une modification d’horaires et du nombre d'heures de travail pour 861 autres membres du personnel.

Un réel coup dur pour l’emploi local puisque cette décision impactera in fine quelques 1532 personnes.

Raison invoquée par l’entreprise américaine de distribution de colis : Paris (Roissy-Charles De Gaulle) et Cologne deviennent ses priorités.

Bierset, un aéroport de seconde zone ?

On se souvient que lorsque FedEx a racheté TNT, voici quatre ans, tout le monde a craint des pertes d'emplois. Des postes devenus inutiles avec la fusion. Et puis, le temps a passé. La restructuration redoutée n'est pas intervenue. Des investissements ont même été consentis. Et les forces vives de la région ont petit à petit oublié que la manutention est hautement délocalisable.

Ici, à la surprise générale, Bierset redevient un aéroport de seconde zone, et ses travailleurs sont sacrifiés au bénéfice des collègues français et allemands du groupe. L'accès aux pistes 24h/24 n'a pas suffi. Les profits de la multinationale non plus.

Les syndicats vont à présent freiner les procédures de licenciements collectifs. Et celles-ci peuvent durer.

Se concentrer sur le commerce chinois

Le premier effet, dans l'immédiat, c'est paradoxalement de renforcer la dépendance envers Alibaba. Faute de continuer à jouer un rôle majeur dans la distribution de colis au sein du continent européen, les Liégeois peuvent continuer à se voir comme tête de pont du commerce chinois. A moins que les événements n'imposent quand même une révision de la logique économique du "tout à la logistique" ?

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF