Liege 4000

Demain cherche 400 signatures pour se présenter aux régionales

400 signatures.

C'est ce que le Mouvement Demain tente de récolter. Ces signatures sont nécessaires pour pouvoir présenter une liste aux élections régionales de mai prochain. Le mouvement de gauche "Demain" est associé à Ecolo dans "Vert Ardent" au conseil communal de Liège. Les deux formations ont envisagé de se présenter ensemble le 26 mai pour le scrutin régional. La négociation a tourné court.

Ecolo proposait les places 6 et 7 sur sa liste

Mais il n'y a aucune bisbrouille entre Ecolo et le mouvement Demain jure-t-on d'un côté et de l'autre. Les deux formations restent alliées dans Vert Ardent au conseil communal de Liège explique Pierre Eyben du mouvement Demain. Et ils ont essayé de s'allier pour les régionales : "Nous, on a été en novembre trouver les gens de chez Ecolo pour leur demander s'ils trouveraient intéressant d'essayer d'élargir l'expérience 'Vert Ardent' à l'échelle de l'arrondissement de Liège. Mais Ecolo n'a pas souhaité le faire. Ecolo voulait présenter des listes Ecolo. Alors nous, dans ce contexte-là, il nous a semblé que nous avions une parole différente. Et que proposer une liste Demain avait un sens.

Ecolo proposait deux places sur sa liste. Deux places qui sont toujours indiquées comme destinées à des "candidats d'ouverture" et qu'écolo réservait à Demain. "Oui. Les places 6 et 7" confirme Pierre Eyben :

"Ces places-là et le contexte dans lequel elles sont ouvertes ne suffisent pas à nous convaincre que c'est une bonne option.

Parce qu'elles ne permettent pas d'être élu ?

Elles laissent très peu de possibilités effectivement."

Chez ecolo, on estime avoir fait à Demain une proposition honnête. "Les places 6 et 7" explique la tête de liste écologiste Véronica Cremasco "ne sont pas moins bonnes que la troisième. Ce sont des places effectives, c'est important". Le demi-effet dévolutif de la case de tête, conservé pour les régionales, ne va pas plus faire "cascader" les voix à la troisième place qu'à la sixième ajoute Véronica Cremasco. Et il faut aussi caser sur la liste les candidats membres d'ecolo. A les écouter, les écologistes auraient préféré avoir Demain comme alliés plutôt que comme adversaires : "nous avons énormément de points communs avec eux" insiste Véronica Cremasco.

Politiquement, Demain se positionne à la gauche d'Ecolo. A qui le mouvement risque-t-il de chiper des voix ? Au PTB, peut-être. Et à Ecolo. A condition d'arriver à récolter au préalable 400 signatures d'électeurs.

François Braibant

Retrouvez l'article original sur RTBF