Liege 4000

Coronavirus en Belgique : "les risques de saturation des hôpitaux ? Pour Liège c’est déjà trop tard", estime Philippe Devos

Dans l’ensemble du territoire la situation sanitaire est très préoccupante. D’ailleurs, les autorités se réunissent ce vendredi pour adopter de nouvelles mesures restrictives afin de ralentir la propagation du virus.

L’état de la situation, le porte-parole du centre de crise Yves Van Laethem l'a décrite lors de la conférence de presse : "Nous sommes actuellement à 6000 cas par jour en moyenne sur la dernière semaine, c’est une augmentation de près de 100% par rapport à la semaine précédente. Lundi nous avons battu le triste de record de 8582 nouveaux cas et ces records on les bat tous les jours. Nous devrions d’ailleurs franchir le cap des 10.000 nouveaux cas pour ce mardi".

Et si la situation est préoccupante pour l’ensemble du territoire, celle de la province de Liège l’est d’autant plus.


►►► A lire aussi : Liège, le nouvel épicentre de l’épidémie de coronavirus en Belgique ?


Philippe Devos, le président de l’Absym (l’Association belge des syndicats médicaux), également en exercice a CHC de Liège tire d’ailleurs la sonnette d’alarme.

Dans son hôpital il explique que la situation est au bord de l'"explosion" : "On a dû arrêter depuis lundi une série d’opérations pour gérer l’afflux des personnes qui arrivent par les urgences, flux continu et qui augmentent. La situation difficile pour mon Hôpital mais c’est vrai pour tous les hôpitaux de la province. On a lancé un appel à l’aide, on ne s’en sort pas".

Et lorsque le médecin fait un état de lieux, il explique être passé de 10 malades Covid en septembre, à 90 malades en une semaine.

Déjà trop tard pour Liège ?

Le comité de concertation se réunit ce vendredi pour durcir les mesures. Mais il faudra attendre environ deux semaines avant de pouvoir voir les effets de ces mesures, notamment pour ce qui est de la pression qui pèse actuellement sur les hôpitaux.

Van Laethem disait que la saturation des hôpitaux arriverait d’ici le mois de novembre. Mais pour Liège "la saturation complète des Hôpitaux en province de Liège aura lieu avant novembre : pour la province de Liège c’est déjà trop tard", affirme Philippe Devos.

Besoin d’aide

Philippe Devos appelle les autorités à l’aide pour pouvoir solution, pour décharger les hôpitaux liégeois. "Il faut pouvoir nous aider en termes de personnels, certains sont déjà infectés. On doit faire plus avec 20% en moins. Nous sommes en situation de détresse. On a sondé pour voir si l’armée pouvait aider mais ce ne sera pas le cas. On espère que le Limbourg qui sera moins touché et qui est à côté peut nous venir en aide".

Face à cette situation, Philippe Devos pointe un manque de clarté de la part du SPF : "on aimerait bien que le gouvernement répartisse les cas". Et il en appelle au coordinateur Covid, nommé dans le nouveau gouvernement De Croo : "j’espère que ce ne sera pas un 10e ministre et qu’il va faire son job et vraiment aider à répartir. Sinon nous serons tous complètement bouchés"

Et d’ajouter, "après on devra faire appel aux pays voisins mais la solidarité européenne n’a pas montré son efficacité comme on a pu le avec l’Italie".

 

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF