Liege 4000

Coronavirus en Belgique : déconfiner pour les fêtes? "Ce serait s'assurer une troisième vague", alertent les soignants

A Liège, au CHC MontLégia, la situation est toujours préoccupante.

Les soins intensifs y sont toujours saturés. Et c'est comme ça sur toute la Province de Liège. Aujourd'hui, il est toujours difficile de trouver un lit disponible aux soins intensifs sur l'ensemble de la province.

De manière générale, c'est tout le pays qui est toujours dans une situation compliquée. On se trouve actuellement au même niveau que lors du pic de la première vague de mars-avril. Pour donner une image, on est dans un bain, l'eau est à ras bord, et le risque, c'est qu'une simple goutte fasse déborder l'eau du bain.

Dans tous les cas de figures, les scénarios sont mauvais, et il y aurait un rebond épidémique

Et cette goutte, cela pourrait être les fêtes de fin d'année. C'est pour cette raison que les hôpitaux ne veulent tout simplement pas que l'on déconfine. Ils ont d'ailleurs fait plusieurs perspectives sur ce qui se passerait si on autorisait les fêtes de fin d'année en famille. Et ces perspectives ne sont pas bonnes. Docteur Philippe Olivier, directeur médical du CHC MontLégia: "Ces modèles ont regardé de manière plus précise la période des réveillons en tenant compte d'un certain nombre de scénarios différents : on autorise deux personnes en plus, on autorise quatre personnes en plus, six personnes, on élargit le cercle, etc. Et dans tous les cas de figures, les scénarios sont mauvais, et il y a un rebond épidémique important".


►►► Lire aussiFrance et Allemagne rouvrent leurs commerces. Et en Belgique, est-ce que la situation sanitaire le permet ?


Ce rebond épidémique important, tous les hôpitaux le redoutent. C'est le cas aussi à l'UZ Brussel et à l'UZ Leuven qui s'exprimaient ce mercredi dans les journaux flamands Het Laatste Nieuws. Et ils sont très clairs: "Oui ce sont des fêtes de fin d'année, oui on aime se retrouver en famille, mais cette année, il faudra faire autrement parce que les hôpitaux ne sont tout simplement pas prêts à faire face à une éventuelle troisième vague".

Benjamin Verpoorten

Retrouvez l'article original sur RTBF