Liege 4000

Chants nazis au Café Lequet, à Liège: "On a fait les biesses, je regrette, mais chacun a son humour"

Dimanche soir, des chants nazis retentissent dans le Café Lequet, à Liège.

Une "blague" du patron que certains clients ont très peu appréciée, quittant le café et réagissant vivement sur les réseaux sociaux. Ces gestes, faisant référence à un régime raciste prônant l'extermination de Juifs, personnes handicapées, homosexuels (notamment), pourraient valoir des ennuis judiciaires au patron du café, Marc De Bruyn.

"Tout qui, dans un lieu public, incite à de la discrimination par rapport à une personne, ou à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne, d’un groupe ou d’une communauté, peut être condamné à une peine de prison qui peut aller jusqu’à un an, ou une amende qui peut aller jusqu’à 8000 euros." explique l'ancien bâtonnier  de l’ordre des avocats de Liège Maître Patrick Henry.

Le patron du café a accepté de réagir, face caméra, nous expliquant sa version des faits, et se justifiant en mettant ces gestes sur le compte de l'alcool, sans arrière-pensées.

"J'ai mis un disque soit-disant nazi. Je n'ai pas fait exprès, ça n'a pas plu à tout le monde, on a fait ça pour rigoler. Juste avant on avait mis Rabbi Jacob et la Grande Vadrouille, je ne vois pas où est le problème. Des gens se sont levés, sont partis. Voilà, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? On a fait les biesses, on a fait les biesses. On a exagéré, je regrette, mais chacun a son humour."

Sur la porté d'un geste comme le salut nazi, le patron du café relativise. "Je n'ai pas vendu du beurre aux Allemands pendant la guerre hein madame. Portée de quoi ? J'aurais pu me gratter les cheveux, c'était le même signe. je ne comprends pas où vous voulez en venir. C'était une blague de gamin, on a fait les cons, dans la vie on n'est pas toujours malin."

A. Lo. avec A-C C.

Retrouvez l'article original sur RTBF