Liege 4000

C'est à Liège que la marquise de Brinvilliers fut arrêtée

C’est un personnage de l’histoire criminelle du 17e siècle qui a connu une triste fin en lien avec Liège : la marquise de Brinvilliers.

Cette aristocrate française à la base de ce que l’on a appelé "l’affaire des poisons" a été exécutée un 17 juillet. C’était en 1676 à Paris, mais c’est à Liège qu’elle fut arrêtée.

C’est le 2 juillet 1630 que naît Marie-Madeleine Dreux d’Aubray, devenue par mariage 21 ans plus tard Marquise de Brinvilliers. Le mari est noceur et joueur, la marquise collectionne les amants.

C’est au contact d’un de ceux-ci qu’elle s’instruit en matière de toxicologie. Elle teste d’abord ses compositions sur les patients d’un hôpital avant d’administrer du poison à 28 reprises à son propre père. L’homme décédera huit mois plus tard. Mais cela ne fait pas d’elle une héritière. Elle fait alors ingurgiter de l’arsenic à ses deux frères. Reste sa sœur et son époux, qui recevront eux aussi du poison mais survivront.

L’amant devient alors peu désireux de partager la vie d’une telle criminelle et enferme des preuves accablantes dans un coffre. L’homme décède accidentellement peu après et les preuves sont découvertes. La marquise est obligée de fuir.

D’abord à Londres, puis aux Pays-Bas, pour finalement trouver refuge au couvent des bénédictines du boulevard d’Avroy à Liège. Démasquée par un policier déguisé en prêtre, la marquise est arrêtée puis ramenée à Paris où elle est torturée puis décapitée le 17 juillet 1676. Malgré ses crimes, le public lui attribua une réputation de sainteté, s’emparant d’ossements après la crémation de son corps, afin d’en constituer des reliques.

Olivier Thunus

Retrouvez l'article original sur RTBF