Villers-la-Ville 1495

Happy Kids, la plateforme gratuite permettant de trouver des stages pour enfants en quelques clics

Avec la crise du coronavirus, tout a été chamboulé. Notamment l'organisation des vacances d'été pour les enfants.

Depuis ce mardi, les écoles maternelles et primaires ont pu rouvrir. Petit à petit, la Belgique se déconfine et la population retrouve ses anciennes habitudes. Si le mois de juin ne fait que commencer, les parents se posent déjà des questions de savoir comment ils vont pouvoir organiser les grandes vacances de leurs enfants. Notamment en ce qui concerne l'organisation de stage de vacances. Car actuellement, aucun site ne fournit des informations centralisées sur les stages d’une région et il est difficile de trouver des stages indépendants.

Ça tombe bien, une application a été lancée le 20 mai par deux mamans. Happy Kids, c'est une plateforme gratuite qui permet de trouver des stages pour ses enfants de deux ans et demi à 14 ans en quelques clics. "A la base, nous sommes deux mamans qui en ont marre de chercher des stages de qualité. On a voulu créer une application pour pouvoir trouver des stages disponibles en Wallonie. Avec le covid, on voulait se lancer et soutenir les organisateurs de stage, mais aussi les parents qui doivent occuper les enfants pendant les vacances", nous explique Delphine Harmel, l'une des deux créatrices. 

Si l'idée date de 2013, c'est vraiment cette année qu'Happy Kids a pris son envol : "On est passé via un incubateur d'entreprise à Louvain-la-Neuve (http://www.engine-cw.be/). On a passé une semaine en leur compagnie et ça a vraiment servi de tremplin pour la suite de l'aventure. On nous a d'abord conseillé de faire un petit produit et voir si cela prenait de l'ampleur avant de chercher des subsides et de l'argent. On a choisi un outil pratique et facile." 

Des stages originaux, mais aussi une visibilité pour les organisateurs

Si le but donc est de trouver des stages pour les enfants, il y a derrière la démarche une volonté plus importante comme nous le confirme Delphine : "On souhaite qu'à travers ces stages, les enfants profitent et découvrent leurs passions. Il ne s'agit pas seulement de mettre les enfants pour avoir la paix. Il est est important pour eux de vivre des aventures afin de se développer et de pouvoir mieux s'orienter pour la suite. C'est déjà à ce moment-là que l'enfant peut se découvrir."

Et question stage, il y a déjà de quoi faire au niveau de l'offre : "On a regroupé les stages en Brabant Wallon et en région namuroise pour le moment. Le but est de compléter l'offre. Pour l'instant, on en est à 50 organisateurs dans l'application, ce qui représente à peu près 1000 stages", poursuit Delphine.

Si l'offre est déjà importante, Happy Kids ne veut pas s'arrêter là. L'idée est de pouvoir avoir une présence dans toutes les régions. Il est possible pour les stages de remplir un fichier type en prenant contact avec les deux créatrices. "On souhaite petit à petit faire ça dans toutes les régions. Actuellement, on ajoute 5-6 stages par jour."

Diversifier l'offre, mais aussi les services

Actuellement, les deux créatrices de l'application font ça bénévolement. Mais tout ce travail leur prend du temps. Il est en effet compliqué pour les parents d’organiser les stages, car il s’agit de jongler entre les différents sites de stages, maintenir un planning permettant de retenir à quel stage ils ont inscrits quel enfant, où, si le paiement a été réalisé,… "Le but est que le modèle passe en premium afin d'avoir des rentrées d'argent. On voudrait apporter de l'aide au niveau de la communication, des newsletters, mais aussi au niveau des inscriptions et des mises en réseau pour voir un peu ce qui se fait ailleurs pour les organisateurs de stage. Et du côté parent, on prendrait un pourcentage sur l'inscription via l'application. Et on envisage aussi de leur proposer un service premium qui pourrait inclure un planning des enfants ou la possibilité d'être au courant en primeur ou encore de recevoir des last minutes", continue Delphine.

Au-delà du modèle premium, il y a aussi une volonté d'agrandir Happy Kids. Si les gens répondent présents, les deux mamans envisagent de proposer d'autres chose. "Il y a la possibilité de créer les Happy kids day. Ce sont des journées autour du sport ou de l'art. Et puis, on voudrait aussi créer une sorte d'agenda avec les activités extra-scolaire et sportives. On a envie de développer un annuaire des clubs dans les régions."

Les avantages de l'application :

  • Facile d'utilisation sur mobile et tablette pour une recherche agréable
  • Géolocalisation des stages pour une recherche optimale
  • Multicritères (âge, dates, lieu, type) pour une recherche ciblée

Pour plus d'informations :

Si vous organisez des activités, voici les deux liens pour Happy Kids via l'application et la page Facebook.

 

Pierre Lambert