Tubize

La Senne, la Sennette, deux ruisseaux, en vieux néerlandais " Tubeke " et voilà l’origine du nom de Tubize

Au 9e siècle, le domaine de Tubize est mentionné dans les possessions de l’abbaye de Nivelles. La localité vivra essentiellement de l’agriculture jusque la fin de l’ancien régime. Le 19e siècle et la révolution industrielle transformeront radicalement le paysage de l’entité brabançonne.

Concentration industrielle

Les fermes feront place aux cités ouvrières. L'ouverture du canal Bruxelles-Charleroi en 1832, l'inauguration de la gare de Tubize en 1840 sur la ligne venant de Bruxelles et la chaussée reliant Mons à Bruxelles favoriseront le développement d’industries. Citons parmi les plus connues, les forges de Clabecq, les ateliers métallurgiques de Tubize ou encore  la Soierie artificielle de Tubize mieux connue sous le nom de Fabelta. Fabelta, c'est la contraction de fabrique belge de textile artificiels. On y fabriquait de la "fausse" soie avec  des produits chimiques tels que le collodion, la viscose et l'acétate. Dans les années 30 , il y a eu jusqu'à 5000 travailleurs dans cette usine.

Les conditions de travail ont fait de tous temps couler beaucoup d'encre car les émanations de certains solvants utilisés avec ces produits rendaient le personnel "ivre" au point que certains travailleurs ou travailleuses avaient des comportements déplacés une fois sortis de l'usine. Une usine qui a fermé ses portes en 1980.

Les sites de Fabelta et des forges de Clabecq sont aujourd’hui réhabilités ou en cours de réhabilitation vers des zones commerciales, d'habitation ou d'accueil de PME. C'est la reconversion nécessaire de Tubize une fois la page industrielle tournée. 

C. Vandelois