Tubize 1480

Réactions après les braquages qui touchent Tubize : plus de policiers sur le terrain et une enquête en cours

Le malaise est-il palpable après une vague de faits de violence dans la cité du Betchard ? Il suffit en tout cas de se promener au plateau de la gare ou de rentrer dans quelques commerces à la chaussée de Mons pour en avoir le cœur net.

Oui, beaucoup évoque cette récente vague de criminalité. "Cinq braquages en un mois ce n'est pas rien", nous dit-on. Ou encore ce commentaire : "cela allait mieux depuis plusieurs années, mais il y a eu plusieurs faits graves de violence ce mois-ci. Des supermarchés et même une pharmacie ont été braqués".

Le bourgmestre ne nie pas cette recrudescence. Le Parquet du Brabant wallon confirme aussi. Plusieurs dossiers ont été ouverts et une enquête est en cours. "Deux réunions se sont tenues ce lundi à Tubize à la zone de police ouest Brabant wallon", explique Magali Raes substitut du procureur du Roi et porte-parole du Parquet de Nivelles.

"Une coordination a effectivement été décidée entre les services de la police locale et la PJF, la police judiciaire fédérale du Brabant wallon. Tous les moyens vont être mis en œuvre, et notamment des moyens de police technique et scientifique, pour tenter d'identifier les auteurs. Une enquête se tient en ce moment. À ce stade-ci, il est prématuré de faire un lien entre les différents faits". 

Plus de policiers près des zones sensibles

Si le sentiment d'insécurité grandit à Tubize au sein de la population, il ne faut pas "céder à la psychose" nous dit le bourgmestre Michel Januth. "Ce que l'on peut dire c'est que les choses sont prises très au sérieux. Ce que nous avons décidé, en concertation avec la police fédérale et la zone de police locale, c'est de mettre des moyens supplémentaires en œuvre afin d'assurer vraiment une présence policière visible dans les rues de la commune. L'objectif est de sécuriser les lieux dits sensibles c'est-à-dire les grandes surfaces, certains commerces et le quartier de la gare. Je tiens aussi à rappeler que ces vols ne touchent pas que la commune tubizienne, la région est également concernée". 

"Je peux comprendre l'émoi que cela suscite mais il ne faut pas tomber dans la psychose. Les choses sont prises en main". Pour rappel, quatre commerces ou supermarchés ainsi qu'une pharmacie ont été braqués en l'espace d'un mois. 

Mathieu Baugniet

Retrouvez l'article original sur RTBF