Tubize 1480

Contournement de Tubize: après l'enquête publique, le collège se penche à son tour sur le dossier

Le contournement, est-ce LA solution pour désengorger les centres-villes ? On peut se poser la question car les projets (de contournement) n'en finissent plus de fleurir chez nous : il y a celui - avorté - à Perwez ; un autre qui déchaîne les passions à Wavre et un troisième, dont on parle depuis très longtemps, à Tubize.

Le contournement, est-ce LA solution pour désengorger les centres-villes ? On peut se poser la question car les projets (de contournement) n'en finissent plus de fleurir chez nous : il y a celui - avorté - à Perwez ; un autre qui déchaîne les passions à Wavre et un troisième, dont on parle depuis très longtemps, à Tubize.

Tubize justement, où cela avance. Le collège communal doit se pencher sur le dossier ce vendredi. Il va rendre un avis sur la question, quelques jours après l'enquête publique lors de laquelle les habitants ont eu l’occasion de consulter les plans et de formuler des remarques.

Sur 80 lettres rentrées à la Ville, environ 70 sont recevables. "Il y a eu 193 sujets qui ont été abordés, explique Michel Januth, bourgmestre de Tubize, dont une bonne centaine concerne la mobilité douce. On va essayer de répondre, dans la mesure du possible, aux sollicitations des plaignants. Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un axe autoroutier…"

Le contournement en lui-même fera 1,650 km dans sa partie nord et 2,430 km dans sa partie sud. Mais cet axe devra ensuite être connecté à d'autres axes et aux nouveaux quartiers de l'ancien site des Forges de Clabecq.

A terme, plus de 6000 habitants y vivront, sans compter les visiteurs des commerces et autres bureaux. Un risque de bouchons... risque aussi pour certaines communes voisines, comme Braine-le-Château, qui seront impactées par ce contournement.

"C’est tout à fait respectable de développer sa ville mais, indépendamment de cela, ça a des conséquences importantes chez nous, avance le bourgmestre de Braine-le-Château, Alain Fauconnier. L’enquête qui a été menée par le bureau d’études montre une augmentation – suivant les périodes de la journée – de 15 à 33% de la circulation."

Selon Michel Januth, le chantier du contournement devrait débuter en 2021 et devrait durer deux bonnes années. Il comprendra aussi des nouveaux ponts (sur le canal et le chemin de fer) et coûtera à la Région plus de 11 millions d'euros.

La Région qui, de son côté, a entamé des négociations avec les propriétaires concernés par des expropriations.

Jean-Claude Hennuy

Retrouvez l'article original sur RTBF