Mont-Saint-Guibert 1435

Aux quatre coins de la Wallonie, les agriculteurs en ont "plein les bottes"

Ce vendredi midi, sur le rond-point de Corbais, à la sortie de l’autoroute E411 entre Louvain-la-Neuve et Mont-Saint-Guibert, des responsables de la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA) ont placé des panneaux et des paires de bottes.

Même tableau à Gembloux où une vingtaine d’agriculteurs ont suspendu leurs bottes à un tractopelle au rond-point Didi. Des actions similaires étaient menées ailleurs en Wallonie (Libramont, Battice et Mons), dans le cadre de la campagne "J’en ai plein les bottes" de la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA).

"Désarroi du monde agricole"

L’opération se déroulait alors que le Conseil européen envisage de réduire de 31 milliards les aides apportées aux agriculteurs pour la période 2021-2027.

Le dépôt des bottes se veut le symbole "du désarroi du monde agricole face à la non-reconnaissance de tous ses efforts et encore plus face à toutes ces incohérences des décideurs politiques qui veulent toujours plus avec moins", a expliqué la FWA.

"C’est aussi un message vers les décideurs et vers la société pour leur demander s’ils veulent encore d’une agriculture forte et compétitive en Wallonie." Les agriculteurs demandent que le budget de la PAC ne soit pas diminué.

Effondrement du revenu des agriculteurs

"Nous avons continué à travailler durant la crise alimentaire et les citoyens, plus que jamais, se sont rendus compte que nous étions nécessaires. La sécurité alimentaire, c’est la base. Mais à présent que cette crise s’estompe, on passe vite aux oubliettes", déplore Dominique Lebrun, la vice-présidente de la FWA.

Alors qu’il est question d’une diminution de 10% du budget de la PAC, d’une diminution de 50% de l’utilisation des produits phytosanitaires et d’une diminution de 20% des fertilisants, les agriculteurs wallons se disent en plein désarroi. Les prix auxquels ils vendent leurs produits sont plus bas qu’il y a quarante ans et ils sont enjoints de faire toujours plus avec toujours moins de moyens.

"On nous demande de faire la guerre sans arme ! Le dépôt des bottes, c’est aussi pour demander aux responsables politiques et à la société s’ils veulent encore d’une agriculture forte et compétitive en Wallonie. Les revenus des agriculteurs sont déjà en dessous de tous les revenus moyens. La libéralisation a provoqué un effondrement des prix : une PAC forte est indispensable à la survie de l’agriculture en Wallonie", indique les agriculteurs réunis à Corbais.

RTBF avec Agences

Retrouvez l'article original sur RTBF