Jodoigne 1370

La success-story d'une marque brabançonne de prêt à porter durant le confinement

Etre fier de sa belgitude, c'est le créneau de la marque "La vie est belge" qui existe maintenant depuis 10 ans. Alors que ses créateurs pensaient mettre un terme à l'aventure, le confinement et la création d'un masque de protection en tissus ont relancé la marque.

La pandémie et le coronavirus n'ont pas eu que des impacts négatifs. Tous les jours, Vivre Ici vous rapporte des témoignages de personnes ou d'entreprises pour qui, au contraire, le confinement a eu un impact positif. Aujourd'hui, c'est celle de la marque "La vie est belge" que nous vous racontons. Une marque lancée par deux entrepreneurs originaires de Braine L'Alleud il y a maintenant 10 ans. 

"La vie est belge", c'est une marque de vêtements dont le design est simple: des pulls et des t-shirts unis qui arborent fièrement ce slogan. "C'est une marque qui incarne la liberté, la fierté d'être qui on est" explique l'un des deux créateurs, Denis Van Praet. Après quelques années d'existence, la marque commençait tout doucement à s'essouffler. "Vendre des sweats et des t-shirts intemporels ne fait pas un business." Fin de l'année 2019, ses créateurs pensaient même à arrêter l'aventure

Et puis le coronavirus est arrivé en Belgique. Avant même que le confinement soit annoncé, Denis Van Praet et son associé Benoît Marquezy ont commencé à réfléchir à l'idée de créer des masques de protection personnalisés: "L'idée était de trouver un moyen sympa de protéger nos familles et nos amis du virus. On commençait tout doucement à entendre parler des masques mais ce n'était pas encore une obligation de le porter. Au départ nous en avons produit une centaine à peine. Après les avoir distribués à notre entourage, nous en avons offerts à nos clients." Pour tout achat passé sur la boutique en ligne, "La vie est belge" offrait un masque à ses clients.

Très vite, la demande d'achat de masques de protection s'est révélée être très forte: "Les masques étaient à l'époque difficiles à trouver. Là où on a eu de la 'chance', c'est que nous avons été parmi les premiers à en produire" confie Denis Van Praet. "La vie est belge" a donc sorti une dizaine de modèles qui se sont vendus comme des petits pains et en a profité pour en distribuer gratuitement au personnel soignant des hôpitaux, dans les écoles et dans les maisons de repos. "On a voulu en faire un geste solidaire et aider le plus de monde possible avec nos masques."

Au total la marque brabançonne affirme avoir vendu entre 30 et 40.000 masques, ce qui leur a permis durant le confinement, de stabiliser leur chiffre d'affaires mensuel à celui d'avant la crise.

Le buzz "Georges-Louis Bouchez"

Durant le confinement, une photo de Georges-Louis Bouchez a fait le tour de la toile, on le voit au Sénat, portant un masque de protection aux couleurs du drapeau belge. Ce masque provient de la collection "La vie est belge", la photo a provoqué un buzz inattendu pour la marque: "Georges-Louis Bouchez nous en a en effet commandé plusieurs" nous confirme Denis Van Praet, "dont le fameux noir-jaune-rouge. Après cette fameuse photo, les ventes de masques ont explosé. Plusieurs bourgmestres nous en ont commandé à leur tour." La marque brabançonne propose d'autres nationalités que le drapeau belge, on peut également se fournir des masques à l'effigie du drapeau français ou espagnol.

"La vie est belge" n'en est pas à son premier buzz commercial. Il y a cinq ans, la marque lançait une seconde ligne: les codes postaux qui, rapidement, sont également déclinés en date de naissance. Les politiques se sont emparés de ces sweats à code postal lors des dernières élections.

Un autre buzz a eu lieu durant la coupe du monde: grâce aux exploits sportifs des Diables Rouges, un élan de patriotisme a envahi la Belgique. A l'époque, tout le monde avait envie d'afficher fièrement sa belgitude. Les t-shirts et pulls au slogan "La vie est belge" étaient alors un accessoire à la mode que tout le monde voulait porter.

Des distributeurs de masques

Le succès des masques de la "La vie est belge" a été tel que les entrepreneurs ont décidé d'aller un pas encore plus loin, en installant des distributeurs de masques de protection dans des supermarchés de Braine-L'Alleud et Waterloo. Ce sont les premiers à avoir développé le concept: "C'est comme un distributeur de boissons ou de collations, sauf que ce sont des masques que nous vendons. Beaucoup de personnes se rendent compte en arrivant au magasin qu'elles ont oublié leur masque chez elles. Grâce au distributeur, tout le monde peut faire ses courses en étant protégé."

Un autre distributeur va d'ailleurs faire son apparition à l'aéroport de Zaventem dans les jours qui viennent. Un clin d'oeil supplémentaire pour afficher sa belgitude à l'étranger.

Une marque soucieuse de l'environnement

Depuis son lancement, Denis Van Praet et Benoit Marquezy ont mis un point d'honneur à créer des vêtements respectueux de l'environnement. "Nous sommes conscients que l'industrie du textile pollue énormément. A notre échelle nous avons voulu prendre des actions concrètes: nous ne travaillons qu'avec des cotons bio et éco-responsables par exemple." Les pulls et t-shirts "La vie est belge" sont produits en circuit court en Belgique et utilisent des produits de coloration exempts de produits toxiques pour le corps et l’environnement.

Depuis deux ans et demi, "La vie est belge" fait également partie d'un programme de reforestation: "pour chaque commande passée sur le site, un arbre est replanté." Grâce à ce programme et à la marque brabançonne, 10.114 arbres ont pu être plantés.

Ce nouvel intérêt pour la marque "La vie est belge" a donné envie aux créateurs d'agrandir leur collection. "Nous venons de sortir une gamme spéciale été avec des maillots de bain, des cabas et d'autres nouveautés. Nous avons aussi ouvert un pop-up store à la mer du Nord. Jusqu'au 30 septembre nous disposerons d'une boutique à Knokke. Le confinement nous a vraiment donné un second souffle."

M. Jaumotte